Les fonctionnaires russes risquent d’être bientôt obligés de rouler en Lada. Problème, certaines n’ont même plus d’airbags

Pour montrer à la population que les produits russes sont de bonne qualité – et qu’il ne faut pas hésiter à se tourner massivement vers ceux-ci -, les fonctionnaires russes pourraient bientôt être contraints de se déplacer en Lada. C’est en tout cas la proposition faite par le ministre des Finances. Une déclaration qui met à nouveau en lumière les gros problèmes que rencontre l’industrie automobile russe.

Dans une déclaration faite jeudi lors du Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF), le ministre russe des Finances a expliqué sa vision de la situation dans laquelle se trouve commerce russe. Pour Anton Siluanov, pour soutenir une industrie bien embêtée par les multiples sanctions internationales qui a plombent depuis le début de la guerre en Ukraine, c’est à l’État de garantir la demande pour les produits de fabrication russe et d’ainsi assumer les risques commerciaux liés à la vente de biens nationaux.

Des propos qu’il a étayés par une proposition bien concrète, rapportée par la Gazeta. Il estime qu’il serait de bon ton de contraindre les fonctionnaires du gouvernement russe de rouler en Lada. Ces voitures sont construites par l’entreprise étatique AvtoVAZ, qui est récemment redevenue la propriété de l’Etat russe après que Renault lui a cédé ses parts pour un rouble symbolique.

Dans la foulée, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a apporté son soutien à la mesure. « Vous savez, en tant que fonctionnaire, je suis prêt à tout, et tous les fonctionnaires de notre pays sont prêts à tout », a-t-il assuré auprès de l’agence de presse étatique russe TASS. Peskov a ensuite annoncé que Siluanov soumettrait probablement très prochainement son idée à l’approbation personnelle de Vladimir Poutine.

Avec ou sans airbags ?

Ces dernières semaines, il est apparu que l’industrie automobile russe était en très fâcheuse posture. Les sanctions internationales la privent notamment de composants électroniques essentiels à la construction de ses engins.

Pour faire à ce problème, les autorisés russes ont mis en place une solution de fortune: un allègement des normes pour la fabrication de voitures, et ce tant en termes de sécurité que de taux de pollution. Ainsi, depuis environ un mois, les constructeurs russes sont autorisés à ne pas équiper leurs véhicules de capteurs ABS ou d’airbags, ou encore de pré-tendeurs de ceintures de sécurité. Quant aux normes environnementales, elles ont été réduites à ce qu’elles étaient en… 1988.

AvtoVAZ, l’entreprise qui fabrique les Lada, est directement concernée. Récemment, certaines de ses voitures (des Lada Granta) sont sorties d’usine sans airbags, ni capteurs ABS, ni pré-tendeurs de ceintures, rapporte TASS. Siluanov a assuré que l’État achèterait bientôt des airbags pour les Lada et veillerait à ce que l’entreprise puisse continuer à fonctionner afin d’avoir un avenir.

De son côté, AvtoVAZ a dit être prête à fournir des véhicules aux fonctionnaires si l’État lui en faisait la demande.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20