Les États-Unis possèdent à nouveau le superordinateur le plus rapide du monde, mais la Chine garde de puissantes machines en réserve

Un superordinateur du Tennessee est actuellement considéré comme le plus rapide du monde. Cependant, deux machines en Chine pourraient lui prendre la place.

En juin 2020, le superordinateur Fugaku de la ville japonaise de Kobe est devenu le système ayant la plus grande puissance de calcul au monde. À l’époque, Fugaku s’était emparé du trône d’un superordinateur du laboratoire américain IBM d’Oak Ridge (Tennessee).

Fugaku avait une puissance de calcul de 442 pétaflops en 2020, où « flop » signifie floating point operations per second. Il s’agit d’une mesure importante de la puissance des processeurs informatiques. Un pétaflop indique qu’un ordinateur peut effectuer 1 milliard de mégaflops, ou un quadrillion de flops, par seconde.

Lundi, IBM a pu reconquérir le prestigieux titre de superordinateur le plus puissant du monde avec Frontier, un énorme système informatique qui occupe 372 mètres carrés et est entièrement refroidi par eau. Frontier a atteint une puissance de calcul de 1,1 exaflops. Cela représente pas moins d’un quintillion de flops par seconde, soit un milliard de fois un milliard de calculs par seconde.

Le Frontier fait partie d’une nouvelle génération de machines que l’on appelle « ordinateurs exascale« . Il s’agit de processeurs dont la capacité dépasse la valeur d’un exaflop, soit des ordinateurs capables de traiter plus d’un trillion de calculs par seconde. Le département américain de l’énergie a investi 1,8 milliard de dollars en 2018 pour construire trois systèmes exascale dans le pays.

La Chine disposerait déjà de deux superordinateurs exascale.

Cependant, il est possible que la suprématie américaine en matière de supercalculateurs ne soit pas tout à fait réelle. Tout comme dans la course aux ordinateurs quantiques, qui peuvent craquer des systèmes cryptés, il est possible que la Chine soit également très en avance dans le domaine des superordinateurs. Le pays aurait déjà développé deux machines exascale qui sont peut-être plus rapides que Frontier.

Toutefois, les Chinois ne participent pas au processus de test qui permet d’inclure les superordinateurs dans un classement mondial. Selon les experts, les tensions économiques et politiques entre les États-Unis et la Chine y sont pour quelque chose, rapporte le New York Times. « Il y a des rumeurs selon lesquelles la Chine garde quelque chose en réserve. C’est en tout cas ce qu’affirme Jack Dongarra, professeur d’informatique à l’université du Tennessee et collaborateur du classement des 500 meilleurs superordinateurs.

Les superordinateurs ont donc une valeur stratégique incroyable pour un pays. Ces machines géantes sont utilisées pour craquer des fichiers cryptés, déchiffrer les codes cryptographiques des pays ennemis et perfectionner des armes sophistiquées. Les superordinateurs alimentent également un essor technologique grâce à leur rôle dans la mise au point de nouveaux vaccins, d’une meilleure intelligence artificielle (pour les voitures à conduite autonome, par exemple) et de simulations de modèles climatiques complexes.

Pendant des décennies, les États-Unis ont régné sur les machines informatiques les plus puissantes du monde. Mais la Chine apprend vite. Entre 2016 et 2018, le superordinateur chinois Sunway TaihuLight a détenu le record de puissance de calcul. La Chine placerait au moins 173 systèmes dans le classement le plus récent des ordinateurs les plus puissants (Top500). Les États-Unis n’en ont « que » 126.

La Chine garde le silence sur ses réalisations de haut niveau pour éviter les sanctions

Depuis quelque temps, les chercheurs chinois sont moins bavards sur leurs réalisations. Certainement après que le gouvernement américain a rendu plus difficile pour les entreprises chinoises l’obtention de certaines puces informatiques importantes pour les superordinateurs.

Cependant, la Chine poursuit assidûment le développement de ses propres microprocesseurs. Selon les experts, deux ordinateurs exascale en Chine utilisent désormais des puces de leur propre fabrication. L’un d’entre eux serait le successeur de la Sunway TaihuLight : l’OceanLight. Cependant, la plupart des puces des superordinateurs américains et chinois proviendraient de Taïwan, le plus grand producteur de puces au monde.

Certains éléments indiquent encore que la Chine dispose effectivement déjà de systèmes exascale. En novembre 2021, un groupe de chercheurs chinois a remporté le prix Gordon Bell, souvent appelé le « prix Nobel des superordinateurs ». Les chercheurs ont apparemment réussi à faire fonctionner un système Sunway à des vitesses exascales grâce à un circuit de calcul quantique.

Pour atteindre cette vitesse record, le précédent meilleur superordinateur d’IBM aurait mis environ 10.000 ans. Le système chinois a pris 304 secondes. « Ils ont fait savoir qu’ils avaient des machines exascales. Certains pensent qu’ils ne veulent tout simplement pas s’attirer davantage de sanctions américaines », a déclaré Steve Conway, analyste chez Hyperion Research, cité par le New York Times.

MB

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20