« Les États-Unis et l’Europe cherchent ensemble un moyen de réduire les revenus pétroliers russes sans provoquer de flambée des prix »

Les États-Unis et l’Europe continuent de chercher des moyens de frapper le trésor de guerre du Kremlin, qui est principalement alimenté par les recettes des ventes de pétrole et de gaz. Dans le même temps, les alliés occidentaux ne veulent pas qu’une mesure provoque une flambée des prix du pétrole qui pourrait déclencher une récession. Janet Yellen, secrétaire au Trésor américain, a soulevé cette question devant la commission des finances du Sénat américain.

« Les négociations sont extrêmement actives », aurait déclaré Mme Yellen selon Business Insider. « Je pense que ce que nous voulons, c’est que le pétrole russe continue à circuler sur le marché mondial pour maintenir les prix mondiaux à un niveau bas, et essayer d’éviter un pic qui provoque une récession mondiale. »

« Mais, bien sûr, l’objectif est de limiter les revenus qui vont à la Russie », a-t-on encore entendu.

Il existe plusieurs façons pour les États-Unis et l’UE d’atteindre cet objectif, a noté Mme Yellen. Une « stratégie souhaitable » comprendrait un achat groupé et coopératif de pétrole russe, avec un plafond sur le montant que les alliés sont prêts à cracher.

Énergie renouvelable

Mme Yellen a également fait valoir que les investissements dans les énergies propres et renouvelables étaient nécessaires pour réduire la dépendance énergétique des États-Unis vis-à-vis des pays autoritaires. Ce qui, bien sûr, profiterait également à la transition énergétique.

« Nous faisons partie des marchés pétroliers mondiaux, qui sont soumis à des influences géopolitiques », a-t-elle noté.

« Compte tenu de la nature mondiale de ces marchés, il est pratiquement impossible pour nous de nous isoler des chocs tels que ceux qui se produisent en Russie, qui font bouger les prix mondiaux du pétrole. »

Des revenus élevés malgré les sanctions

À court terme, les sanctions occidentales imposées à la Russie ne portent pas encore leurs fruits. Par exemple, les Russes continuent de gagner beaucoup d’argent en vendant leur pétrole brut à des prix plus bas que ceux pratiqués sur le marché. La Chine et l’Inde sont désormais des consommateurs avides de pétrole russe à prix réduit.

Moscou pourrait empocher 800 millions de dollars par jour en revenus combinés du pétrole et du gaz, selon une prévision de Bloomberg Economics. Au total, cela pourrait porter les ventes de pétrole et de gaz de la Russie à 285 milliards de dollars cette année, soit un gain potentiel de 20 % par rapport à 2021.

À plus long terme, cependant, les sanctions mettront de toute façon en péril l’ensemble de l’activité économique russe. Raoul Leering, responsable de la recherche sur le commerce international chez ING, explique ici comment cela fonctionne.

« État critique »

Néanmoins, plusieurs analystes prévoient que les prix du pétrole, déjà historiquement élevés, vont continuer à grimper. L’institution financière Goldman Sachs, par exemple, pense que le pétrole pourrait coûter plus de 140 USD le baril en moyenne au troisième trimestre, au plus fort de la saison estivale américaine. « Une forte hausse des prix reste très possible cet été, lorsque la demande saisonnière atteindra son pic », peut-on lire dans une note.

Jeremy Weir, PDG du négociant en matières premières Trafigura, a laissé entendre au journal économique britannique Financial Times que les marchés de l’énergie sont dans un état « critique ». Il a étayé ses propos en affirmant que les sanctions occidentales contre les exportations de pétrole russe avaient mis sous pression des réserves déjà limitées, résultat d’années de sous-investissement.

« Nous avons une situation critique », a-t-il déclaré lors d’une conférence des médias économiques susmentionnés. « Je pense vraiment que nous aurons un problème dans les six prochains mois (…) Si cela atteint des états paraboliques, les marchés peuvent se mettre en mouvement et ils peuvent faire des pics significatifs. »

(JM)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20