Les années de guerre brun sombre de Hugo Boss

A la fin de la seconde Guerre Mondiale, Hugo Boss avait reconnu avoir soutenu le régime nazi, et s’était justifié en expliquant qu’il l’avait fait pour maintenir sa société en activité. Roman Koester, un historien économique, vient d’apporter une nuance dans son livre, «Hugo Boss, 1924-1945 », financé par la maison de haute-couture : Hugo Boss était aussi un disciple des Nazis.

Boss avait été le tailleur favori d’Hitler. Il avait ouvert son usine de vêtements à Metzingen, dans le Baden-Württemberg en 1924, et l’un de ses premiers contrats avait porté sur la fourniture des chemises brunes du parti Nazi. En 1938, la société produisait les uniformes de l’armée allemande, puis elle eut également à produire ceux des Waffen SS.

A partir d’avril 1940, le tailleur avait été contraint d’utiliser des travailleurs forcés. 140 Polonais kidnappés par la Gestapo et 40 Français, pour la plupart des femmes, furent envoyés dans son usine. Les conditions de vie y étaient très dures et Koester rapporte que l’hygiène et l’alimentation étaient parfois extrêmement précaires.

Selon le site internet de la maison de couture, la société Hugo Boss souhaite désormais « exprimer son profond regret à ceux qui ont souffert ou eu des difficultés en travaillant à l’usine dirigée par Hugo Ferdinand Boss à l’époque du National Socialisme ». Le fondateur, mort en 1948, avait été jugé et condamné à payer une amende après la guerre, pour ses liens avec les Nazis. 

 

Plus
Lire plus...
Marchés