La biophobie : les Américains perdent tout contact avec la nature

Les Américains sont en train de perdre le contact avec la nature, nous dit James Campbell, du Los Angeles Times. L’époque où les enfants passaient leurs journées à crapahuter dehors semble être révolue. Aujourd’hui, selon les études, beaucoup d’enfants aux Etats-Unis « passent moins de 30 minutes par semaine à jouer dehors ».

Ce n’est pas mieux du côté des parents : les statistiques indiquent que les adultes passent 93% de leur vie à l’intérieur de bâtiments ou de voitures, dans ce que l’écrivain Richard Louv appelle une « assignation à résidence de protection ».

Le nombre de visites aux parcs et forêts est en déclin, tout comme d’autres indicateurs de loisirs de plein air comme les licences de chasse et de pêche.

La biophobie

Ces chiffres en baisse indiquent un « tournant culturel fondamental qui nous éloigne de la nature ». Et même, les chercheurs pensent qu’un nombre croissant d’Américains souffre maintenant de biophobie, ou peur du monde naturel.

Ils se sont rendus compte que, pour beaucoup d’enfants, une simple « volée bruyante d’oiseaux ou un vent qui souffle fort » pouvaient enclencher une réaction de lutte ou de fuite.

C’est bien dommage, car il est démontré les activités quotidiennes de plein air font énormément de bien aux enfants. Elles augmentent l’estime de soi, les « capacités à résoudre des problèmes, la coopération, la concentration, et l’autodiscipline ». Nous serions tous en meilleure santé et plus heureux si nous accordions une plus grande place à la nature dans nos vies.