‘L’ère du Wikipédia neutre est révolue’: certaines pages politiques nient totalement les génocides

Isopix

Wikipédia a eu 20 ans au début de l’année. La plateforme se définit comme une encyclopédie écrite par la communauté. Cet ensemble d’éditeurs doit assurer la neutralité des écrits. Une étude montre qu’on en est bien loin, surtout sur les pages dédiées au communisme et au socialisme.

Après 20 ans d’existence, la fiabilité de Wikipédia est à nouveau remise en cause. Si ce n’est plus pour la présence des fautes grossières, le problème reste tout aussi important. Certains articles ne sont plus neutres dans leurs propos.

Même le co-fondateur du site, Larry Sanger, s’en désole : ‘Les préjugés idéologiques et religieux de Wikipédia sont réels et troublants, en particulier dans une ressource qui continue d’être traitée par beaucoup comme un ouvrage de référence impartial’.

‘Omission de meurtres’

Les critiques de la neutralité sur Wikipédia ont deux grands exemples pour étayer leur thèse: les pages ‘Communisme’ et ‘Socialisme’. Les propos que l’on y retrouve semblent défendre ces idéologies, sans les remettre en question. Seuls les meilleurs aspects de ces régimes sont retenus. Les pages ne parlent ni des génocides, ni de l’esclavage, ni des sanctions inhumaines perpétrées contre les opposants.

De cette manière, la page anglophone sur le communisme, le régime soviétique est montré comme ayant permis ‘certaines des réalisations technologiques les plus importantes du XXe siècle’. Mais elle oublie totalement de parler des réquisitions de nourritures qui ont provoqué la famine dans certaines régions de l’URSS, comme le relate le site conservateur américain Fox News.

Autre exemple: le communisme en Chine. La page parle principalement de la croissance économique impressionnante du pays, mais écarte totalement ‘le règne de terreur de Mao Zedong qui a tué des dizaines de millions de personnes’.

‘L’omission des meurtres de masse à grande échelle, du travail des esclaves et des famines causées par l’homme est négligente et profondément trompeuse’, explique Bryan Caplan, professeur d’économie, spécialisée dans l’histoire du communisme.

Éditeurs impuissants

Il existe bien évidemment des pages qui font référence aux événements dramatiques du communisme et du socialisme. Par exemple, la page ‘Révolution culturelle’ évoque les millions de personnes persécutées par le régime et les massacres qui ont eu lieu. Mais il n’y a pas de liens directs entre les pages sur le socialisme/communismes et les pages sur les atrocités perpétrées par les régimes.

Wikipédia est une encyclopédie collaborative. Cela signifie que tout le monde peut éditer les pages. Des spécialistes pourraient donc théoriquement rectifier les pages principales afin de rétablir une certaine neutralité. Mais dans les faits, c’est pratiquement impossible.

Un rédacteur très actif sur la plateforme, Weiss, interviewé par Fox News, explique que c’est un peu la loi du plus fort qui est en place sur Wikipédia. ‘Si vous êtes le seul à ne pas être marxiste sur une page, vous allez perdre.’ Et il semble que le site compte énormément de défenseurs des idéologies d’extrême gauche.

‘L’époque du solide engagement de Wikipédia envers la neutralité est révolue depuis longtemps’, a même déclaré Larry Sanger. La seule solution pour rééquilibrer certaines pages est qu’un nombre important d’utilisateurs avec une idéologie de la droite s’inscrivent sur le site et s’attaquent aux pages de la gauche, défend-il

En attendant, c’est l’encyclopédie Britannica qui est privilégiée par les critiques de Wikipédia. Des chercheurs d’Harvard ont étudié la présence de biais idéologiques sur les deux sites. Et ils en ont conclu que ‘les articles de Wikipédia sont plus orientés vers les opinions démocratiques que les articles de Britannica’.