HongKong: autorités et manifestants s’affrontent… sur Wikipédia

Isopix

Les affrontements s’étendent jusque sur internet. Les pages Wikipédia prennent ainsi un enjeu politique.

Tandis que dans la rue la confrontation devient de plus en plus violente, une autre bataille se joue sur la toile. Pas de grenade ni de parapluie, mais des mots, ceux des pages Wikipédia.

L’agence Reuters a analysé les pages anglophones liées aux termes de la révolte. Il en ressort que, depuis le début des protestations en juin 2019, les modifications sur ces pages ont été multipliées par 7, allant jusqu’à 30 modifications par jour.

‘Nous tuons et massacrons’

Reuters s’est notamment penché sur la page de la police de Hong Kong et sur sa devise. La devise officielle «Servir Hongkong avec honneur devoir et loyauté» a été modifiée par les anti-régime à de nombreuses reprises. On pouvait y lire «Servir Hongkong avec terreur et violence», «Nous tirons sur les enfants», «Nous tuons et massacrons»… 

Source : Reuters

Les manifestants ont été jusqu’à modifier le titre, optant pour ‘Force de police chinoise’, ‘Force meurtrière de Hongkong’, ‘Société de triade noire de Hongkong’.

L’agence montre aussi que l’article consacré à la police s’est allongé d’un tiers, ajoutant une section critique sur les réactions adoptées face aux étudiants. Depuis, Wikipedia a crée une page à ce seul sujet.

Carrie Lam, la cheffe de l’exécutif de la mégapole, a, elle aussi, été la cible des révisions. Son titre a été plusieurs fois remplacé par ‘Super Lady’, ‘Super Marionnette’ ou ‘Meurtrière de Hongkong’.

Wikipédia répond

De son côté, l’encyclopédie participative tente de répondre à ces nombreuses modifications. Les éditeurs veillent en permanence pour rattraper le tir. ‘Les articles sur les sujets controversés, en particulier parce qu’ils sont visionnés régulièrement par les éditeurs, ont tendance à devenir de meilleures qualités et plus neutres’ se défend l’un des portes-paroles.

Malgré un côté anecdotique, la confrontation sur internet revêt un véritable enjeu de propagande. Wikipédia représente, pour de nombreux internautes, la première source pour s’informer.