L’épidémie du plus dangereux variant dans une station de ski bien connue au Canada montre que sports d’hiver et Covid ne font pas bon ménage

Isopix

Whistler, la station de ski la plus célèbre du Canada, est fermée depuis la fin du mois de mars en raison d’une épidémie du variant brésilien. Les responsables de la santé avaient tenté en vain d’arrêter trois épidémies distinctes depuis janvier en vaccinant de nombreux jeunes membres du personnel de la station.

Whistler a été fermée par les autorités provinciales fin mars après avoir réalisé que P1, le variant très contagieux du coronavirus originaire du Brésil, se propageait rapidement dans la station de ski. Avec 877 cas confirmés de P1, la province de la Colombie-Britannique est maintenant le centre de la plus grande éclosion au monde du variant en dehors du Brésil – près d’un quart de ces cas ont été liés à Whistler.

P1 est une mutation très contagieuse du coronavirus, qui semble être plus mortelle chez les jeunes et a également la capacité de réinfecter les victimes. Au Brésil, le variant P1, ainsi que de nombreuses politiques qui ont échoué, ont conduit à un effondrement total du système de santé du pays.

Puzzle

Le variant s’est également étendu aux pays voisins d’Amérique du Sud. Mais les experts ont été surpris de voir un tel cluster à Whistler, une station de sports d’hiver dans les montagnes côtières de la Colombie-Britannique. Comment le variant est arrivé là reste un mystère: aucune des 84 personnes initialement testées positives n’avait voyagé à l’extérieur du Canada.

Les jeunes travailleurs de la station de ski constituent la grande majorité des cas de coronavirus à Whistler. Les responsables de la santé ont tenté en vain d’arrêter trois épidémies distinctes depuis janvier en vaccinant de nombreux membres du personnel de la station – mais même cela n’a pas réussi à arrêter les nouveaux cas.

Le spectre d’Ischgl

L’éclosion de P1 s’est depuis propagée dans toute la province et dans l’Alberta voisine. Il a infecté 21 joueurs de l’équipe de hockey professionnel de Vancouver, les Canucks, entre autres.

L’activité du ski en elle-même n’est pas un gros épandeur de Covid. Mais faire la queue pour les remontées mécaniques et l’après-ski s’avèrent bien plus problématiques. Plusieurs stations de ski ont contribué à la propagation du virus à travers l’Europe au cours de la première vague de la pandémie. Un village autrichien, Ischgl, près de St. Anton, a été à l’origine de nombreux cas dans 45 pays après que des skieurs fêtards ont ramené le virus chez eux. Le mois de février a également vu plusieurs flambées graves dans les stations de ski américaines, en particulier au Colorado.