Markten:
Markten inladen...

JEUDI 13 AOûT

Business 24/7

Zoeken
scrollTop top

Le whisky offre aux investisseurs les bénéfices annuels les plus élevés

Logo Business AM
Économie

30/10/2019 | Arnaud Lefebvre | 3 min de lecture

epa07418943 (43/66) A man holds a glass of whisky in a distillery near Glasgow, Scotland, Britain, 22 February 2019. The UK's northernmost country exports about 90 percent of its whisky to over 180 international markets, according to the Scotch Whisky Association. The SWA considers that a no-deal Brexit 'would damage our industry' and 'must be avoided,' as such a scenario would add 'cost and complexity into the production and export of Scotch Whisky.' Britain is scheduled to leave the European Union on 29 March 2019, two years after Prime Minister Theresa May invoked Article 50, the mechanism to notify the EU of her country's intention to abandon the member's club after the tightly-contested 2016 referendum. The results of that referendum exposed a divided nation. Leave won, claiming 52 percent of the overall vote. Voters in England and Wales came out in favor of leave, while Scotland and Northern Ireland plumped for remain. It was still unclear on what terms the UK would leave the EU, with lawmakers having rejected Prime Minister Theresa May's initial deal hammered out with the EU, the fruit of years of negotiations. There was also talk of extending the March 29 deadline, which would delay Brexit, as well as the floating of a second referendum, with the opposition Labour Party of Jeremy Corbyn appearing to now throw its weight behind that. Citizens and industries across the UK, including the banking, tourism and farming sectors, and many of whom rely on exporting products or bringing in goods from Europe, will have to adapt in a post-Brexit Britain, whether there is a deal with the EU or not. EPA-EFE/ROBERT PERRY ATTENTION: For the full PHOTO ESSAY text please see Advisory Notice epa07418899 , epa07418900

La valeur du whisky a augmenté de 23% en un an. Le whisky est ainsi la classe d’actifs de luxe la plus performantes, indique un rapport du consultant Knight Frank, basé sur les chiffres de vente de juin de cette année.

L’intérêt pour le whisky en tant qu’article de collection a considérablement augmenté, en particulier parmi les plus fortunés en Chine et dans d’autres régions d’Asie. Parallèlement au whisky, les prix des œuvres d’art et des pièces de monnaie ont également connu une croissance à deux chiffres entre juin 2018 et juin 2019.

Mixte

« Nous avons constaté un intérêt mitigé pour certaines des classes d’actifs les plus courantes », a déclaré Andrew Shirley, responsable de la recherche sur le luxe chez Knight Frank. « La croissance du marché de l’automobile classique, par exemple, est passée à la vitesse inférieure, mais le vin et les arts de première qualité ont enregistré de fortes performances. La valeur du whisky a plus que quintuplé au cours de la dernière décennie. »

Le marché de l’art a également connu une année positive – avec une croissance de 10%. Le secteur a enregistré un certain nombre de ventes exceptionnelles. Les œuvres de David Hockney et Jeff Koons ont été vendues pour plus de 90 millions de dollars. Le secteur du vin a également enregistré une augmentation de 9%. Les montres de luxe ont connu une croissance de 2%.

D’autre part, la valeur de bijoux a chuté de 7% et la valeur des voitures classiques de 5%.

Amateurs

« Les voitures classiques sont davantage achetées par des amateurs que par de vrais investisseurs », expliquent les chercheurs. « Ils se concentrent principalement sur la valeur actuelle du produit. Cependant, les voitures classiques peuvent encore atteindre des prix particulièrement élevés.  »

« Cela semble être le cas pour les modèles de la Formule 1, par exemple, des exemplaires de McLaren ou Ferrari, qui ont modifié leurs montants respectifs de 20 millions et 6 millions de dollars. »

« Bien que les riches collectionneurs dépensent beaucoup de temps et d’argent en œuvres d’art ou en voitures, un rapport d’UBS indique clairement que la valeur n’est pas leur première priorité », soulignent les chercheurs. « Pour 25% des collectionneurs, la passion passe avant tout. Seulement 13% citent les bénéfices comme objectif. La moitié de ces personnes n’ont pas fait évaluer leur collection. »


Pour aller plus loin...


Logo Business AM

Business AM | La citation du jour