Le « vote caché » donne à Bolsonaro une seconde chance de remporter le 2e tour de l’élection présidentielle brésilienne

Contrairement à ce que prévoyaient les sondages, un second tour, le 30 octobre, permettra de déterminer qui deviendra le prochain président du Brésil. On prévoyait que Luiz Inacio Lula da Silva serait largement en tête dans la plupart des sondages et que, dès dimanche, il obtiendrait plus des 50 % de voix requis. Mais ce ne fut pas le cas, le président sortant Jair Bolsonaro ayant obtenu beaucoup plus de voix que prévu.

Avec plus de 98 % des votes comptabilisés, le candidat du Parti des travailleurs (PT) a obtenu 48,09 % des voix, contre 43,5 % pour le leader d’extrême droite.

La « voix cachée » fait la différence

Bolsonaro, qui espère un second mandat, a jusqu’ici dépassé les sondages et se prépare désormais à une campagne féroce. Il a donc pu compter sur la « voix cachée », notamment les personnes qui préfèrent ne pas venir le soutenir, mais le faire dans l’intimité de l’isoloir. Certains sondages de ces derniers jours donnaient à Lula une avance pouvant aller jusqu’à 17 %, mais dimanche soir, il n’en restait même pas 5 %.

Luiz Inacio Lula da Silva

Lula a déjà effectué deux mandats en tant que président du pays sud-américain, de 2003 à 2006 et de 2007 à 2011. En 1980, il a été l’un des membres fondateurs du Parti des travailleurs (PT), qui est devenu le principal parti politique de gauche du Brésil. Mais à l’approche des élections de 2018, il a été reconnu coupable de blanchiment d’argent et de corruption et condamné à 12 ans de prison. Pendant la présidence de Bolsonaro, Lula a passé 580 jours en prison, mais a été libéré après que la Cour suprême a rejeté les accusations portées contre lui sur la base de détails techniques et d’un manque de preuves.

La bataille promet d’être passionnante. Pour garantir son retour à la présidence, Lula devra obtenir le soutien de Simone Tebet et de Ciro Gomes, les candidats qui ont obtenu respectivement 4,21 % et 3,05 % des voix.

Jaïr Bolsonaro

Le président controversé Jaïr Bolsonaro a été surnommé le « Trump-des-Tropiques » et a pu compter sur le soutien de plusieurs célébrités ces derniers jours. Parmi eux, le footballeur vedette brésilien Neymar Jr. ainsi que Juan Guaido, le président du Venezuela reconnu par les États-Unis et une autre série de pays.

Bolsonaro était censé être sanctionné dimanche pour son bilan très faible en matière de protection de l’environnement et surtout pour ses piètres performances en matière d’économie et sa gestion du COVID-19. Mais cette punition s’est avérée être plutôt une victoire dimanche soir.

(JM)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20