Le véritable coup d’État en Chine aura lieu le 16 octobre

Le 16 octobre, Xi Jinping acceptera un troisième mandat sans précédent en tant que président de la Chine. Qu’est-ce que cela signifie réellement pour l’avenir du pays ? La marche de la Chine vers la domination mondiale est menacée par les signes du début d’un lent déclin.

Nous sommes à moins d’un mois de ce que de nombreux observateurs de la Chine considèrent comme le plus grand événement politique de l’année, en particulier en Asie. Il s’agit du 20e congrès national du Parti communiste chinois (PCC), qui a lieu le 16 octobre. Il est ici question du principal congrès du PCC, qui se tient tous les cinq ans et auquel sont invités plus de 2 000 délégués représentant environ 90 millions de membres du parti.

Lors de cet événement prestigieux, les délégués du PCC voteront principalement pour la composition du nouveau Comité central. Le président Xi Jinping devrait accepter un troisième mandat à la présidence de la République populaire de Chine, bien qu’il ait un an de plus que l’âge officieux de la retraite, fixé à 68 ans. Un troisième mandat pour un seul homme serait sans précédant en Chine. Hu Chunhua ou Wang Yang sont susceptibles de remplacer Li Keqiang au poste de Premier ministre.

Pour rendre les choses encore plus intéressantes, des rumeurs ont commencé à circuler ces derniers jours sur un éventuel coup d’État en cours en Chine pendant le voyage de Xi au Kazakhstan où il a rencontré le dictateur russe, Vladimir Poutine. Aujourd’hui, la plupart des experts s’accordent à dire qu’il s’agit en grande partie de fake news diffusées par des médias indiens peu fiables et des sites d’information étrangers chinois qui prennent leurs désirs pour des réalités.

Georg Fahrion, correspondant de Der Spiegel en Chine, est même descendu dans les rues de Pékin dimanche pour tourner en dérision les rumeurs en montrant des habitants de la métropole vaquant à leurs occupations habituelles. Il ne faut jamais dire jamais, mais il n’y a probablement pas de lutte de pouvoir folle en cours à Zhongnanhai.

Pas de résistance du tout. Le pouvoir de Xi en Chine n’aura pas d’égal

Cependant, l’absence de lutte pour le pouvoir à Pékin signifie qu’il est peu probable qu’il y ait une résistance à Xi. Il aura les coudées franches à la mi-octobre pour donner le coup de grâce à toute politique de parti chinoise qui pourrait encore être en cours en interne.

Xi recevra le titre de « leader du peuple » lors du congrès, un honneur qui n’était auparavant accordé qu’à Mao Zedong et à son successeur Hua Guofeng. Une nomination symbolique qui montre à quel point Xi a réussi à renforcer et à centraliser son autorité et à quel point la « pensée Xi Jinping » va devenir importante en Chine.

Il suffit de considérer les faux pas suivants de Pékin au cours des derniers mois (et même des dernières années) pour se rendre compte à quel point Xi est toujours en selle. Un coup d’État d’une faction du PCC est en fait absurde, puisque la plupart des groupes anti-Xi ont été purgés.

  • Après la rébellion de Hong Kong en 2019, la métropole a perdu sa première place de centre financier d’Asie au profit de Singapour. Les jeunes s’expatrient à une vitesse alarmante, et les entreprises et investisseurs étrangers commencent à faire leurs valises. Cela n’a probablement pas valu le « gain » de l’abolition des privilèges spéciaux de Hong Kong par rapport à la Chine. Avec le nombre de migrants continentaux qui affluent quotidiennement, les manifestants pro-démocratie de la région ne seraient de toute façon jamais soutenus par une majorité de résidents dans des circonstances normales.
  • La croissance économique de la Chine ralentit actuellement, fortement étouffée par la politique du « zéro COVID ». Les confinements interminables et arbitraires commencent à susciter la colère de la population chinoise et à faire pression sur la production de l’industrie.
  • La détérioration des conditions climatiques ne fait qu’aggraver ce problème : le pays risque d’être victime de sécheresses et d’inondations plus fréquentes à l’avenir. La chaleur extrême de l’été dernier avait déjà contraint les usines à interrompre leur production pour que les familles puissent garder la lumière allumée.
  • Pendant ce temps, Pékin continue de sévir contre ses propres entreprises technologiques, en particulier celles qui ont l’ambition de réaliser de grandes introductions en bourse à l’étranger et de conquérir les marchés étrangers. Elle a rendu le pays dans son ensemble beaucoup moins attrayant pour les investisseurs et a porté atteinte à la réputation d’innovation qu’il s’était lentement forgée grâce à d’étonnantes réussites comme DJI, Alibaba, Baidu, Tencent, Xiaomi, Huawei et bien d’autres.
  • La visite de Nancy Pelosi à Taïwan a un peu freiné la politique étrangère forte que Xi veut maintenir. Même si la Chine a montré qu’elle était capable d’organiser un blocus sur l’île démocratique, l’affaire s’est surtout soldée par une grande victoire pour les États-Unis. La coopération entre les États-Unis, leurs alliés asiatiques et Taïwan n’a fait que s’intensifier depuis lors, tandis que Xi semble préférer la stratégie à long terme « d’unification » avec Taïwan de manière pacifique. Compte tenu du fort désir de Taïwan de développer sa propre identité nationale et de promouvoir de nouvelles relations et une reconnaissance internationale, il semble plus improbable que jamais que Pékin puisse y parvenir.
  • Il convient également de noter que la situation à Taïwan ne rapproche pas la Chine du développement de l’industrie des puces en plein essor dont elle a si désespérément besoin et qu’elle souhaite. Ceux qui aident Taipei auront un accès rapide aux puces de TSMC et peut-être même à certains de ses secrets industriels bien gardés. La Lituanie pourrait voir certains segments d’une chaîne de puces taïwanaise installés sur son territoire après l’ouverture d’une ambassade taïwanaise à Vilnius.
  • Enfin, il y a la crise immobilière qui ne cesse de s’étendre, découlant des dettes colossales accumulées par les entreprises de construction comme Evergrande. Alors que de plus en plus de promoteurs font défaut et que les mesures de relance du gouvernement ne sont qu’un palliatif, il est devenu évident que ce moteur de croissance fiable de la Chine – 30% du PIB – est depuis longtemps au point mort.

Néanmoins, Xi est susceptible de poursuivre son troisième mandat et de consolider encore davantage son pouvoir. La politique du parti au sein du PCC, qui tend déjà largement vers les désidératas de Xi, sera réduite à zéro. Cela signifie encore moins de flexibilité au sein du gouvernement central. Encore plus d’incapacité à relever les défis susmentionnés et à changer de cap si nécessaire.

Le véritable coup d’État à Pékin aura lieu le 16 octobre, ce qui pourrait s’avérer catastrophique pour l’avenir prometteur de la Chine.

BL

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20