Le sommet climatique de la dernière chance a été un nouvel échec

Après des heures de négociations sur une poignée de mots, le 26e sommet des Nations unies sur le climat, que les Nations unies elles-mêmes ont appelé le sommet de la dernière chance, s’est terminé par un accord sur la déclaration finale. Mais ces deux dernières semaines ont-elles marqué un tournant dans la façon dont nous gérons la crise climatique mondiale ? Non. Si la COP26 a montré quelque chose, c’est que les conférences des Nations unies sur le changement climatique ne parviennent pas à produire un modèle de gouvernance mondiale capable d’apprivoiser les rapports de force, et encore moins de créer un sentiment de destin partagé entre les nations.

Tout cela était tellement prévisible que quelques heures avant la fin, Greta Thunberg a tweeté: « Alors que la COP26 touche à sa fin, arrive le tsunami de greenwashing et de la manipulation médiatique pour qualifier le résultat de ‘bon’, ‘progrès’, ‘espoir’ ou ‘un pas dans la bonne direction’. » Que vous soyez un fan de Greta ou non : ici, elle a raison.

Après 26 itérations, la vérité sur ces COP est assez claire : les résultats sont largement déterminés avant même qu’ils ne commencent. Oui, il y a une succession sans fin de concerts, de marches, de séminaires, de séances de négociation, de discours, d’ultimatums, de déclarations, de séances de photos ; et oui, tout le monde travaille dur pour créer un sentiment de drame (surtout les médias). Mais l’histoire suggère que les parties vont rarement au-delà de ce qu’elles avaient l’intention de faire avant leur arrivée. Et, tout compte fait, le numéro 26 à Glasgow n’en est même pas arrivé là ; un certain nombre d’entre eux se frotteront les mains parce que c’est devenu une aubaine (pour eux, du moins).

Nous devrions cesser de fonder nos espoirs sur ce genre de réunions. Cela ne veut pas dire qu’elles ne sont pas utiles. Elles reflètent l’impact que la société civile a réussi à avoir sur les nations impliquées dans les négociations depuis le dernier sommet. Et elles nous donnent également un bon aperçu du pouvoir de la société civile par rapport au pouvoir de l’industrie des combustibles fossiles et de ses amis de la communauté financière.

10 pages de déclarations d’intention non contraignantes

La COP26 aurait dû être une histoire d’actions concrètes. Le sommet aurait dû préciser exactement comment les pays entendent faire ce qu’ils ont choisi de faire pour limiter le réchauffement à 1,5 degré, si possible, et à 2 degrés, au pire. Il semble que l’accord final sera connu sous le nom de Pacte climatique de Glasgow. Il compte 10 pages au total. Épargnez-vous la peine de les lire. Le préambule dit tout : « Le Pacte de Glasgow pour le climat appelle les parties à accélérer le développement, le déploiement et la diffusion des technologies et l’adoption de politiques pour passer à des systèmes énergétiques à faibles émissions, notamment en intensifiant rapidement l’introduction de mesures de production d’énergie propre et d’efficacité énergétique, y compris en accélérant les efforts pour éliminer progressivement l’énergie au charbon non exploitée et les subventions inefficaces aux combustibles fossiles, en reconnaissant la nécessité de soutenir une transition équitable. »

En d’autres termes, chacun va faire de son mieux. Cependant, les choses convenues dans le passage ci-dessus sont d’une nature évidente pour laquelle les dirigeants mondiaux et les lobbyistes ne devaient pas nécessairement se rendre en Écosse en 400 jets privés.

Unir leurs forces pour se rejeter mutuellement la responsabilité et les coûts

Quels que soient les succès tactiques de la COP26, les résultats risquent d’être un revers stratégique pour l’humanité. Le monde rate objectif climatique après objectif climatique. Cela n’a rien d’étonnant : si un nombre croissant de pays ont fixé des objectifs de zéro émission nette, par exemple, peu d’entre eux ont des plans crédibles pour les atteindre. Et même si nous atteignions les objectifs existants, cela ne suffirait pas à atteindre le principal objectif de l’accord de Paris sur le climat de 2015 : limiter le réchauffement climatique à 1,5 au-dessus des niveaux préindustriels.

En fait, le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat prévient que la planète atteindra probablement la limite de 1,5 °C au début des années 2030. Tant que l’engagement multilatéral sera déterminé par le nationalisme, la politique du pouvoir et l’émotion, plutôt que par la solidarité, le droit et la science, notre avenir restera sombre.

Au plus fort de la guerre froide, la série télévisée américaine The Outer Limits racontait l’histoire d’un groupe de scientifiques idéalistes qui mettaient en scène une fausse invasion extraterrestre de la Terre, dans l’espoir malavisé d’éviter l’Armageddon nucléaire en donnant au monde un ennemi commun contre lequel s’unir. Face à la perspective de l’extinction, l’Union soviétique et les États-Unis passeraient de la concurrence à la survie commune.

Aujourd’hui, personne n’a besoin de penser à un tel objectif commun. Le changement climatique est une menace aussi importante qu’une invasion extraterrestre. Mais au lieu de réveiller les dirigeants nationaux de leurs querelles mutuelles, elle est utilisée comme une arme dans une guerre de propagande à multiples facettes. Du Brésil à l’Australie, en passant par la Chine et les États-Unis, les pays tentent de manipuler les négociations sur le climat afin de transférer le coût de l’adaptation sur les autres.

Tout accord multilatéral sur le climat doit pouvoir être appliqué en vertu du droit international

Les économies développées trouvent des moyens de plus en plus coercitifs pour façonner le comportement des autres pays. L’engagement pris par la plupart des banques de développement occidentales et multilatérales de ne plus financer le charbon (rejointes aujourd’hui par la Chine) limite les possibilités d’extension du réseau dans les pays en développement où la demande d’électricité augmente rapidement.

Des pays influents ont également exhorté le Fonds monétaire international à assortir de conditions vertes l’allégement de la dette des pays pauvres, ainsi que la nouvelle répartition des droits de tirage spéciaux (les actifs de réserve du FMI). Et le mécanisme d’ajustement aux frontières de l’Union européenne en matière de carbone – une barrière non commerciale conçue pour obliger les exportateurs vers l’Europe à passer à une production verte – porte un préjudice disproportionné aux petits émetteurs d’Afrique et d’Europe de l’Est, qui ont beaucoup à perdre.

Il ne s’agit pas de discréditer les déclarations d’intention lancées lors de la COP26 sur l’interdiction du charbon, le financement vert et la tarification du carbone. Au contraire, ces instruments jouent un rôle crucial dans la modification du fonctionnement de l’économie mondiale. Mais cela ne signifie pas que nous pouvons ignorer les conséquences (très graves) pour les économies émergentes. Au lieu de cela, nous devons créer une nouvelle grande négociation visant à soutenir l’adaptation dans les pays en développement.

Plus généralement, nous devons veiller à ce que tout accord multilatéral visant à lutter contre le changement climatique soit appliqué par le droit international, plutôt que de dépendre de la volonté des différents pays. Et la prise de décision doit être guidée par des vérités scientifiques, et non par des slogans politiques.

L’esbroufe et la politique du pouvoir

Le précurseur de l’accord de Paris sur le climat, le protocole de Kyoto, adopté en 1997, était globalement conforme à cette approche : il s’agissait d’un traité multilatéral, avec des objectifs internationaux juridiquement contraignants fixés par les meilleurs scientifiques du monde. Mais le protocole présentait également de nombreux défauts, et il n’a finalement pas été très loin.

L’accord de Paris a pris un cours très différent. Il a été salué comme un triomphe, car les espoirs d’un accord étaient si faibles. Mais il impliquait un compromis majeur : il était basé sur des engagements non contraignants appelés « contributions déterminées au niveau national ». Les pays pourraient simplement poursuivre les politiques énergétiques qu’ils ont déjà décidées, tout en prétendant travailler ensemble pour lutter contre le changement climatique. Il n’est pas surprenant que les CDN actuels soient totalement inadéquats pour atteindre les objectifs déclarés de l’accord.

Il est certain que les COP sur le changement climatique ont souvent apporté des contributions importantes – bien que souvent procédurières, ennuyeuses et techniques – à l’action climatique. Mais l’esbroufe et la politique du pouvoir ont fait obstacle à de réels progrès. Et le cirque médiatique et social qui entoure les conférences – conçues pour renforcer la responsabilité et la transparence – a souvent empêché les négociateurs de faire avancer les choses.

Le problème va plus loin et plus profondément

Plus fondamentalement, les COP n’ont pas réussi à produire un modèle de gouvernance mondiale capable d’apprivoiser les politiques de puissance, et encore moins de créer un sentiment de communauté de destin entre les nations. Et il y a peu de raisons de croire que cette fois-ci sera différente.

Bien sûr, le problème va au-delà des conférences de l’ONU sur le changement climatique. Si la mondialisation économique a permis à des millions de personnes de sortir de la pauvreté, elle a entraîné une concentration croissante des richesses. Dans ce contexte, les efforts visant à promouvoir des intérêts communs peuvent devenir moins attrayants, car ils produisent des récompenses asymétriques.

Si l’on ajoute à cela la psychologie de l’envie déclenchée par les médias sociaux, il devient d’autant plus difficile de détourner l’attention des gens de leur position relative dans la hiérarchie mondiale vers le bien commun. Ces tendances ont sapé la confiance dans le pouvoir du gouvernement et alimenté le pessimisme quant à la possibilité d’une solution.

Le résultat est ce que les spécialistes des sciences sociales appellent un problème d’action collective. Les dirigeants comme les citoyens en concluent que la stratégie la plus rationnelle à court terme consiste à se préoccuper de la cause et à espérer que d’autres résoudront la crise. Pendant ce temps, nous ne faisons aucun progrès.

Plus
My following

Wall Street à nouveau sous pression en raison des craintes liées au virus

30/11/2021 14:04

(ABM FN) Lundi, les bourses américaines ont pu se remettre partiellement des inquiétudes liées au coronavirus qui ont fait surface avant le week-end, mais mardi, la peur du virus semble être complètement revenue. A l'approche de la cloche d'ouverture à New York, les contrats à terme sur le S&P 500 sont en baisse de près d'un pour cent.

Selon Naeem Aslam, analyste de marché chez AvaTrade, les investisseurs se trouvent actuellement sur des montagnes russes.

Lire plus...
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20