La réalité : nous ne sommes pas prêts à changer notre mode de vie pour sauver la planète

Nous sommes peut-être alarmés par la crise climatique, mais la plupart d’entre nous pensent que nous en faisons déjà plus qu’assez pour sauver la planète et peu sont prêts à modifier considérablement leur mode de vie. C’est ce que montre une nouvelle étude internationale. Il n’y a guère de volonté, par exemple, de prendre moins l’avion, de mettre de côté la voiture ou de manger moins de viande.

L’étude montre que 62 % des personnes interrogées considèrent la crise climatique comme le plus important défi environnemental auquel le monde est confronté aujourd’hui, devant la pollution atmosphérique (39 %), l’impact des déchets (38 %) et les nouvelles maladies (36 %).

Mais lorsqu’on leur demande d’évaluer leur action individuelle, les gens se considèrent généralement comme beaucoup plus engagés en faveur de l’environnement que les autres membres de leur communauté locale ou de toute institution.

Quelque 36 % d’entre eux se considèrent comme « très engagés » dans la préservation de la planète, tandis que 21 % seulement pensent la même chose des médias et 19 % des autorités locales. Seuls 18% estiment que leur communauté locale est aussi impliquée qu’eux, tandis que les gouvernements nationaux (17%) et les grandes entreprises (13%) sont considérés comme encore moins impliqués.

Les personnes interrogées sont également réticentes à faire elles-mêmes davantage pour lutter contre le changement climatique. La plupart (76 %) des personnes interrogées dans les dix pays ont déclaré qu’elles accepteraient des règles et réglementations environnementales plus strictes, mais près de la moitié (46 %) ont estimé qu’il n’était pas vraiment nécessaire qu’elles changent leurs habitudes personnelles.

Pourquoi nous ne voulons pas en faire plus

Seuls 51 % ont déclaré qu’ils prendraient certainement des mesures individuelles en faveur du climat, 14 % ont déclaré qu’ils ne le feraient certainement pas et 35 % étaient incertains. Les Polonais et les Singapouriens (56 %) étaient les plus disposés à agir, les Allemands (44 %) et les Néerlandais (37 %) les moins disposés. (La Belgique n’était pas incluse dans l’enquête menée en septembre de cette année).

Les raisons les plus courantes pour ne pas vouloir en faire plus sont : « Je suis fier de ce que je fais actuellement » (74%) et « Il n’y a pas d’accord entre les experts sur les meilleures solutions » (72%). Les autres raisons invoquées pour ne pas vouloir en faire plus sont les suivantes : « Je n’ai pas les moyens de faire ces efforts » (60%), « Je n’ai pas d’informations et de conseils sur ce qu’il faut faire » (55%), « Je ne pense pas que les efforts individuels puissent vraiment avoir un impact » (39%), « Je pense que les menaces pour l’environnement sont surestimées » (35%) et « Je n’ai pas l’espace pour y réfléchir » (33%).

Seule une personne sur quatre veut toucher à l’avion ou à la voiture

De plus, lorsqu’on leur a demandé quelles actions devaient être prioritaires, les gens ont accordé plus d’importance aux mesures qui étaient des habitudes déjà établies, qui demandaient moins d’efforts individuels ou pour lesquelles ils avaient peu de responsabilité directe.

Par exemple, quelque 57% ont déclaré que la réduction des déchets et l’augmentation du recyclage étaient « très importants ». Les autres mesures jugées prioritaires sont la lutte contre la déforestation (54 %), la protection des espèces menacées (52 %), la construction de bâtiments économes en énergie (47 %) et le remplacement des combustibles fossiles par des énergies renouvelables (45 %).

Cependant, les personnes interrogées considèrent les mesures susceptibles d’influencer leur propre style de vie comme nettement moins importantes : la réduction de leur consommation d’énergie n’est considérée comme une priorité que par 32 % d’entre elles, tandis qu’à peine 25 % préfèrent les transports publics à la voiture et que 24 % seulement estiment que notre modèle agricole devrait être radicalement modifié.

Seuls 23% considèrent qu’il est important de réduire les voyages en avion et de payer plus cher les produits qui ne respectent pas les normes environnementales pour protéger la planète. Seuls 22% pensent que les véhicules à carburant fossile devraient être interdits. 18% sont prêts à manger moins de viande.

Plus
My following

Programme boursier

30/11/2021 15:23

(ABM FN) Voici les points principaux de l'agenda financier belge jusqu'au mercredi 8 décembre 2021.

MERCREDI 01 DÉCEMBRE 2021

- Pas de points à l’agenda.

JEUDI 02 DÉCEMBRE 2021

- Pas de points à l’agenda.

VENDREDI 03 DÉCEMBRE 2021

- Pas de points à l’agenda.

LUNDI 06 DÉCEMBRE 2021

10:00 Recticel - Réunion extraordinaire

MARDI 07 DÉCEMBRE 2021

- Pas de points à l’agenda.

MERCREDI 08 DÉCEMBRE 2021

09:00 Proximus - Ex-dividende

Lire plus...
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20