Le secteur de la construction en appelle au gouvernement Wallon : 6.000 emplois supplémentaires en jeu

HOUPLINE-RENARD/SIPA/2006191523

Le secteur de la construction demande au gouvernement wallon d’accélérer l’exécution de ses chantiers d’infrastructure et de logement, alors que les mois qui arrivent s’annoncent difficiles pour de nombreux entrepreneurs. En cumulant les milliards de subsides prévus pour l’isolation des bâtiments et la rénovation de routes, la Confédération construction en Wallonie estime qu’il y a environ 6.000 emplois directs et indirects à créer.

« D’après nos enquêtes, 23% des entrepreneurs seront contraints, avant la fin de l’année, de licencier des travailleurs, et 9% craignent une faillite. On s’attend à une baisse de 10 à 12% du volume d’activité en 2020 », constate de prime à bord Francis Carnoy, directeur de la Confédération construction en Wallonie.

Dès lors, il en appelle au gouvernement wallon PS-MR-Ecolo. « Le secteur ne demande pas une pluie de milliards comme d’autres. Les milliards sont déjà programmés à travers deux plans: le plan de rénovation de logements publics (1,2 milliard) et le plan pour les infrastructures routières (2 milliards).

Ce que nous demandons à la Région wallonne, c’est de la rapidité dans l’exécution à accélérer la mise en chantier de ses projets ».

Cet appel s’accompagne d’une perspective en matière de création d’emplois. En cumulant les milliards de subsides qui seront injectés dans de nombreux chantiers d’isolation des bâtiments et de rénovation des routes, le secteur estime qu’il va créer environ 6.000 emplois directs et indirects.

« Le programme de rénovation de logements publics de 1,2 milliard va créer 3.180 emplois wallons directs et indirects sur une base annuelle. Le plan infrastructure de 2 milliards (qui porte sur 6 années entre 2021 et 2026) va créer 2.863 emplois wallons directs et indirects » pointe M. Carnoy.