Le projet fou des Népalais pour débarrasser l’Everest de ses déchets

Op de flanken van de Mount Everest blijven vaak verbijsterende hoeveelheden afval achter. – Chine Nouvelle/Sipa Press

Les déchets collectés sur le mont Everest vont être transformés en œuvres d’art et exposés dans une galerie le long de la route vers la montagne. La démarche artistique vise à attirer l’attention sur le problème des déchets dans la région de la plus haute montagne du monde (8.849 mètres). Les initiateurs du projet soulignent que des mesures doivent être prises pour éviter que la montagne ne devienne un véritable dépotoir.

Les œuvres seront exposées au Sagarmatha Next Center, un centre d’information pour les visiteurs à Syangboche, une localité située sur la route du camp de base pour les alpinistes.

Emploi et revenus

‘Le projet fera appel à des artistes étrangers et locaux’, explique Tommy Gustafsson, directeur du projet et cofondateur du Sagarmatha Next Center. ‘Ils utiliseront des déchets pour créer une œuvre d’art.’

‘De plus, ils montreront à la population locale comment les déchets peuvent avoir une seconde vie utile. Avec ce projet, nous voulons montrer comment les déchets peuvent être transformés en un produit qui a de la valeur, et dans le même temps générer des emplois et des revenus. Nous espérons ainsi changer la perception que les gens ont des déchets.’

Le Sagarmatha Next Center, situé à 3.780 mètres d’altitude, est à deux jours de marche de Lukla, la porte d’entrée du mont Everest. Le centre d’accueil dispose par ailleurs de sa propre installation de traitement des déchets.

‘Les œuvres d’art et autres produits fabriqués à partir des déchets y seront exposés afin de sensibiliser le public à l’environnement’, souligne encore M. Gustafsson. ‘Une partie de la collection pourra également être vendue. Les recettes seront investies dans des initiatives qui contribueront à protéger la région.’

‘Un certain nombre d’initiatives ont déjà été prises pour contrôler le problème des déchets sur le mont Everest’, note Phinjo Sherpa, porte-parole du groupe environnemental local Eco Himal.

‘Les déchets descendus de la montagne ou collectés auprès des habitants et des maisons de thé le long du parcours sont traités et triés par le Sagarmatha Pollution Control Committee. Cependant, la gestion des déchets dans cette région reculée et sans routes n’est pas une tâche facile. Les déchets sont souvent déversés ou brûlés dans des fosses à ciel ouvert. Cela entraîne une pollution de l’air et de l’eau, et est également à l’origine d’une contamination considérable des sols.’

Katmandou

Toutefois, une mesure est désormais en vigueur: chaque touriste et guide, à son retour de la région du mont Everest, doit rapporter un sac contenant un kilogramme de déchets et le déposer à l’aéroport de Lukla. Les détritus ainsi collectés sont ensuite acheminés par avion jusqu’à Katmandou, la capitale du Népal. ‘Si nous parvenons à impliquer les visiteurs dans la gestion des déchets, nous pouvons obtenir des résultats significatifs’, s’enthousiasme Phinjo Sherpa.

Il y a deux ans, plus de 60.000 randonneurs, alpinistes et guides ont visité la région. Le Néo-Zélandais Edmund Hillary et le sherpa Tenzing Norgay ont été les premiers à atteindre le sommet du mont Everest en 1953. Depuis lors, environ 4.000 personnes au total sont parvenues à atteindre le sommet de la montagne depuis le Népal. Le mont Everest peut également être escaladé depuis le Tibet.

Lire aussi: