Le procès en destitution de Trump au Sénat commencera la semaine du 8 février, et cela pourrait bouleverser ses plans…

Comme prévu, Trump n’assistera pas à l’investiture de Biden – Isopix

Le procès en destitution de Donald Trump s’ouvrira le 8 février au Sénat, après la transmission de l’acte de mise en accusation de l’ancien président, qui se fera début de  la semaine prochaine. C’est ce qu’a annoncé hier le chef démocrate du Sénat, Chuck Schumer.

‘Une fois les dossiers rédigés, l’exposé par les parties commencera la semaine du 8 février’, a déclaré Chuck Schumer devant ses collègues au Sénat. 

La date du procès est ainsi repoussée de deux semaines. Certains démocrates souhaitaient le postposer  pour ne pas obstruer les premiers jours de l’administration de Joe Biden. Des propos corroborés par le président lui-même : ‘Je pense que c’est bien d’avoir un peu de temps pour que notre administration se mette en place’ a déclaré Joe Biden hier. 

Ce report permettra donc à la Chambre haute de confirmer les nominations de Joe Biden à son gouvernement, et potentiellement de s’occuper d’un plan massif d’aides économiques pour surmonter la crise. 

Que Trump risque-t-il?

C’est la première fois dans l’histoire des États-Unis qu’un ex-président fait l’objet d’une double accusation.  

Donald Trump est accusé d’avoir vivement encouragé ses partisans à se rendre au Capitole le 6 janvier dernier. Les violences opérées ce jour-là ont marqué les esprits : elles ont touché le ‘cœur de la démocratie américaine’ et ont provoqué la mort de 5 personnes. 

Pour que Donald Trump soit accusé, pas moins de 17 républicains devraient faire pencher la balance du côté des 50 démocrates qui l’estiment coupable. C’est en tout cas ce qu’exige la Constitution américaine.

Si tel est le cas, il ne sera plus destitué- puisqu’il n’est plus président-  mais  cela pourrait bouleverser ses plans. Il ne sera en effet plus éligible et ne pourra plus se représenter en 2024, comme il le laissait présager. 

Lire aussi: