Le prix du bois a augmenté de 200% depuis le début de la pandémie… Et la demande continue d’augmenter

(Sergei Malgavko/TASS/Sipa USA/ Isopix)

Mardi, le prix du bois d’œuvre était 208% plus élevé qu’il y a un an. La raison est assez simple: les stocks de l’offre ne suffisent pas à suivre l’augmentation de la demande. Mais l’histoire complète derrière cette explosion des prix mérite une analyse plus fouillée.

Lorsque l’épidémie de Covid s’est transformée en pandémie l’année dernière, les scieries ont été mises à l’arrêt, tandis que les gens se sont précipités dans les magasins de bricolage pour acheter des matériaux pour la rénovation de leur maison. Cette inadéquation entre l’offre et la demande a rapidement épuisé les stocks de bois. Et par la suite, cela n’a fait qu’empirer. La faiblesse des taux d’intérêt a engendré une ruée sur l’immobilier, d’abord sur les maisons existantes, puis sur les nouvelles constructions. Aux États-Unis, ce dernier marché en particulier est un grand consommateur de bois, ce qui rend la pénurie de plus en plus aiguë. La transition vers un mode de vie plus écologique a également augmenté la demande de bois dans le secteur de la construction.

Par conséquent, les entreprises américaines ont commencé à s’approvisionner en bois en Europe. Les firmes européennes du secteur en ont profité, mais cela pose des problèmes d’approvisionnement aux fabricants de produits en bois.

Enfin, la pénurie de conteneurs a également un impact sur le prix du bois. Au début de la crise du coronavirus, les ports ont été fermés dans le monde entier. Beaucoup de conteneurs ont été mis de côté parce que le commerce mondial était paralysé. Mais lorsque celui-ci a repris plus rapidement que prévu, les fournisseurs de conteneurs ont connu des difficultés.

La hausse des prix ne réduira pas la demande

La plupart des scieries ont redémarré il y a plusieurs mois. En février, la production mondiale de bois a atteint son plus haut niveau depuis 13 ans. Mais la capacité limitée des usines et un manque latent de main-d’œuvre et de conteneurs signifient que la pénurie perdure.

Il est par ailleurs tout à fait remarquable que la hausse des prix n’ait pas non plus réussi à réduire la demande, qui continue d’augmenter pour le moment. Et cela ne devraient pas changer au cours des années à venir, car de nombreux millennials arrivent à un âge où ils sont prêts à acheter leur première maison.

Suite aux années de sous-construction qui ont suivi la crise du logement de 2008, les États-Unis n’ont pas assez de logements pour faire face à ce niveau d’achat. Le nombre de maisons à vendre aux États-Unis a chuté de plus de 50% au cours des 12 derniers mois.

Pour aller plus loin: