Le président de Volkswagen enfonce le clou : « Les voitures autonomes font bien plus évoluer le secteur automobile que les voitures électriques »

Ce n’est pas la voiture électrique, mais la voiture autonome qui entraînera un changement fondamental dans le secteur automobile. C’est ce qu’a déclaré Herbert Diess, président opérationnel du groupe Volkswagen, à l’occasion de l’ouverture du salon de l’automobile de Munich. Selon lui, l’arrivée de la voiture autonome sera peut-être la plus grande innovation de l’histoire du secteur. Ce n’est pas la première fois que Diess fait une sortie fracassante sur les voitures autonomes.

« Par rapport à l’introduction des voitures autonomes, la transition vers les voitures électrifiées a été relativement facile », a fait valoir M. Diess. « Les logiciels et la conduite autonome vont entraîner une véritable révolution dans le secteur ». En juin dernier, il avait déjà expliqué dans une interview accordée à Bloomberg combien la révolution des voitures autonomes sera une révolution encore bien plus grande.

Argo

En attendant, Herbert Diess souhaite que, sous sa direction, Volkswagen devienne un vendeur de voitures électriques plus important que Tesla. Selon lui, d’ici le milieu de la décennie, le groupe VW devrait devenir le plus grand vendeur de véhicules électriques au monde.

Mais Diess se concentre également sur le développement de services logiciels pour les voitures autonomes, qu’il considère comme un pilier de l’activité future du constructeur allemand. Dans ce contexte, Volkswagen a précédemment acquis la société de logiciels Argo AI. Cette société compte également Ford parmi ses partenaires.

Volkswagen s’attend à ce que le secteur automobile génère 1,2 trillion d’euros de ventes liées aux logiciels d’ici la fin de la décennie. Cela représenterait environ un quart du marché mondial de la mobilité. Ce secteur devrait voir ses ventes doubler pour atteindre 5 000 milliards d’euros au cours de cette période.

« D’ici la fin de la décennie, environ 85 % de nos activités consisteront encore en des services traditionnels, comme la vente ou la location de voitures », a déclaré M. Diess. « Mobility-as-a-service et autres offres numériques auront alors développé une part de 15 %. Mais ces services de mobilité vont se développer plus rapidement que les autres activités. »

Modèle d’essai

Volkswagen présente une version d’essai de sa nouvelle voiture autonome au salon de l’automobile de Munich avec l’ID Buzz AD1. Le véhicule est une version autopilotée du monospace électrique ID Buzz et utilise une technologie qu’Argo teste déjà dans six villes des États-Unis.

Le véhicule est équipé de capteurs, de systèmes de caméras et d’un scanner laser, qui est censé balayer une zone autour de la voiture dans un rayon de 400 mètres pour détecter les obstacles et les dangers potentiels.

Volkswagen espère introduire une version de production de cette technologie d’ici quatre ans dans les services de mobilité commerciale tels que les voitures partagées.

Les constructeurs automobiles traditionnels et les entreprises technologiques ont déjà investi des milliards de dollars dans la création d’un marché pour les véhicules autonomes au cours de la dernière décennie. Jusqu’à présent, cependant, ces robocars restent largement une chimère, principalement en raison d’obstacles techniques et réglementaires qui nécessitent toujours une présence humaine constante.

Pour aller plus loin :

Plus
Lire plus...
Marchés