Le nouveau super-soldat pourra rester 40, 60 et même 90 heures sans sommeil

[PICTURE|sitecpic|lowres]

Un nouveau super-soldat infatigable qui ne dort presque jamais est en train de voir le jour. Les gouvernements du monde entier monopolisent actuellement des équipes de scientifiques afin de trouver une drogue parfaite permettant de tenir les soldats éveillés au-delà des limites normales de l’endurance.

Selon William Saletan de Slate, ce type de médicaments est déjà administré fréquemment à bon nombre de de soldats. Une grande partie de la recherche, supervisée par des organismes militaires, se concentre actuellement sur le médicament anti-sommeil le plus connu et le plus efficace, le modafinil. Ce médicament serait capable de rendre le sommeil optionnel, sans effets secondaires. Cette substance a été testée avec succès sur des sujets allemands, canadiens et américains. Par ailleurs, en 2003, lors de l’invasion en Irak, des pilotes de combat se sont également vus administrés du modafinil. Un an plus tard, les Britanniques ont acheté 24.000 comprimés et en 2007, les pilotes français en ont aussi reçu régulièrement.

Dans le contexte militaire, la fatigue coûte des vies humaines et selon Saletan, c’est la raison pour laquelle les forces armées augmentent leurs recherches. L’utilisation de drogues censées améliorer la performance des soldats a une longue histoire : le thé a été utilisé à cet effet en Angleterre, les Prussiens utilisaient quant à eux de la cocaïne pendant la Seconde Guerre mondiale. Ces deux pays ont aussi utilisé des amphétamines.

Le modafinil employé pour garder le soldat éveillé est un raffinement par rapport aux solutions existantes. Il ne s’agit pas d’une amplification des performances du soldat mais plutôt d’une lutte contre le déclin cognitif dû à la fatigue. Si on le compare à la caféine et aux amphétamines, le modafinil engendre moins de dépendances.

Des expériences récentes ont montré que les troupes utilisant le modafinil peuvent rester sans dormir, dans des situations extrêmes, 40, 60 ou même 90 heures. Les soldats seraient également capables de travailler des semaines en ne dormant que quatre heures par nuit.

Dans le cadre miltaire, expérimenter ouvertement avec des médicaments de lutte contre le sommeil revient à créer une course aux armements. Selon Saletan, cette guerre d’épuisement n’aboutira qu’a une seule situation : « Sur le champ, le sommeil n’existe pas mais bien la mort ».

Plus
François Normand
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20