Le management à la dure

La société Copland, qui organise trois à quatre séminaires d’entreprise annuels, a décidé d’innover cette année, à cause de la crise. Après une journée « classique », ponctuée de présentation corporate, communication des derniers indices de performance et des projets à venir, un membre du GIGN a fait irruption dans le local et annoncé que « la zone était attaquée et que vingt français risquaient d’être kidnappés ». 22 directeurs d’agence sont évacués, afin de tester leur leadership et de détecter leur potentialité, et les voilà chaperonnés par les militaires de la société DCI campus, entreprise spécialisée dans le transfert de compétences à des armées amies. Dont coût : 1000 eur par participant. Le procédé est simple : déstabiliser les participants, afin de faire tomber les masques, les mettre en situation de crise, les stresser. Une expérience psychologique plus que physique, où les participants sont cependant lâchés dans la campagne avec boussoles, lampes, cordes et sacs à dos. Durant cette aventure, ils vont repousser leurs limites et canaliser la peur. Ils sont tous attachés, ce qui teste également leur confiance mutuelle. Au programme : un raid nocturne, un exercice visant à récupérer des aliments dans un champ soi-disant miné, qui teste leur capacité à hiérarchiser leurs priorités face à l’urgence et à définir un plan d’actions, des exercices dans une piscine et une séance de sports de combat, puis, enfin, des tirs de fausses grenades.

[Source: Le Figaro]

 

Plus
Lire plus...
Marchés