Marchés:
Chargement en cours…

JEUDI 24 SEP

Business 24/7

Zoeken
scrollTop top

Comment gérer la crise quand les jeux politiques continuent ?

Logo Business AM
Politique

11/04/2020 | Baptiste Lambert | 9 min de lecture

Premier Sophie Wilmès (MR). - Isopix

Le super-kern se réunit à nouveau ce samedi. L’occasion pour le gouvernement fédéral d’adopter une ligne claire et efficace face à la crise sanitaire. Mais la tâche n’est pas simple avec 10 partis autour de la table. Car les jeux politiques demeurent, même en temps de crise.

La semaine dernière, le kern a été fastidieux. Près de 4 heures de réunion, des discussions à n’en plus finir, et au final peu de décisions tranchées. Ce samedi, il y a donc une nouvelle opportunité : montrer que ce pays fonctionne toujours, après de nombreuses critiques.

Ce sera un nouveau marathon. Car le fonctionnement même du super-kern le contraint avec dix partis autour de la table, et une vision de la gestion de la crise qui n’est pas la même partout.

Est attendue, une série de mesures socio-économiques. On peut citer la concertation sociale qui a échoué la semaine dernière sur une dizaine de propositions du gouvernement, mais aussi la suppression du plafond des heures supplémentaires, ou encore l’augmentation du nombre d’heures que peuvent prester les étudiants. La dégressivité des allocations de chômage qui pourrait être gelée d’avril à fin juin sera aussi discutée.

Mais au-delà des réponses économiques et de la mise en pratique des décisions déjà prises, le super-kern va devoir répondre aux critiques. Les stocks de masques, le nombre de tests, et récemment la gestion de l’épidémie dans les maisons de repos soulèvent beaucoup de questions. Par ricochet, c’est tout le gouvernement fédéral qui est sous pression.

Et on ne parle pas seulement des critiques de l’opinion publique ou de la presse. La tension est palpable au sein des dix partis, et aussi, à l’intérieur de la coalition gouvernementale (MR-Open VLD-CD&V). Le président du CD&V a par exemple plaidé pour une commission d’enquête parlementaire ce vendredi dans De Afspraak..

Cour d’école ?

Au 16 rue de la Loi, on l’admet désormais. Les décisions unilatérales sont rendues difficiles, ‘parce que, alors que la crise bat son plein, certains plongent dans des jeux politiques, jusque dans la presse’.

La Première ministre se sent parfois à la tête ‘d’une bande d’écoliers’. La position du gouvernement fédéral est délicate avec 38 sièges sur 150. Ce gouvernement dépend des autres partis au parlement, des partis qui n’ont pas vraiment de bénéfices à tirer à travers lui.

‘Ils ne veulent pas explicitement ou n’osent pas prendre leurs responsabilités dans ce qui est la pire crise depuis la Seconde Guerre mondiale’, nous fait-on comprendre. ‘Cela crée une situation lose-lose‘ pour la Première ministre. ‘Impossible de prendre la parfaite décision, car elle sera de toute façon toujours critiquée’.

Il est vrai que le PS a fait une sortie remarquée cette semaine dans la presse via son président, Paul Magnette: ‘125 mesures pour sortir de la crise.’ Une sorte de plan de gestion de sortie de crise qui n’a pas manqué de faire réagir. ‘Le PS utilise la crise pour imposer son idéologie’, a martelé Peter De Roover, chef de groupe N-VA à la Chambre, dans l’Echo.

Le PS ne se prive pas non plus pour tirer sur les coupes budgétaires dans les soins de santé. Ce qui a suscité de vives réactions de la part du MR et de son président Georges-Louis Bouchez, qui a lui aussi appelé à ce que cessent les jeux politiques. Le président des libéraux le leur rend bien, cela dit.

Sophie Wilmès épargnée

Si cette méfiance peut affecter le pouvoir exécutif et son efficacité, la Première ministre semble toutefois épargnée. La différence entre l’ambiance au sein du kern et l’image positive dont bénéficie Sophie Wilmès est flagrante. C’est particulièrement marquant dans un article sur les coulisses de la gestion de la crise ce week-end dans Le Soir: ‘C’est un pays inefficace, morcelé, sans moyen, mais on se débrouille’, peut-on entendre d’un côté. Face aux éloges envers Sophie Wilmès: ‘Elle fait tout pour susciter l’adhésion des Régions, alors qu’elle n’était pas obligée de le faire. Franchement, avec elle, cela se passe très bien’, explique-t-on dans le cercle d’un ministre-président.

Des ministres-présidents avec qui Sophie Wilmès doit composer. Ils décident ensemble au sein du Conseil national de sécurité. Un trio qui rassemble, Elio Di Rupo et Jan Jambon, donc le PS et la N-VA. Deux partis qui s’opposent, entre eux, mais aussi au gouvernement de la Première ministre. Sacré sac de nœuds.

Coalition stable

C’est toute la question d’un gouvernement stable et majoritaire qui refait surface. On sait que les pouvoirs spéciaux du gouvernement Wilmès II seront évalués en juin. Certains voudraient en profiter pour mettre en place la fameuse Vivaldi.

Mais d’un côté, les partis de la coalition sont enfermés dans leur rôle. Le CD&V est content de ne pas devoir choisir entre la N-VA et la Vivaldi, Pieter De Crem revient au devant de la scène. Le MR et GLB sont satisfaits (le mot est faible) de conserver 7 postes ministériels, et l’Open VLD reprend un peu des couleurs avec la promotion du ministre Philippe De Backer, désormais au centre de la crise sanitaire, et qui doit recoller les morceaux, brisés par sa collègue Maggie De Block.

Le PS, de son côté, préfère tirer. Avec de potentiels partenaires tous libéraux, à l’exception d’Ecolo, on peut comprendre que les socialistes poussent pour une formule plus sociale.

La N-VA, elle, n’est pas en position de force. Elle s’est clairement mise en marge de l’exécutif, tire à tout-va, et court derrière le VB. Une autre humiliation à tenter de séduire en vain le PS n’est sans doute pas à l’ordre du jour.

Le sp.a reste très fâché contre le PS. Mais le parti socialiste flamand sait qu’une Bourguignonne est à ce stade utopique, pour ne pas dire impossible. Le temps devra faire son effet.

Le CDH et DéFI restent des acteurs mineurs de la pièce, mais non sans faire entendre leur voix au sein du kern. Ils remercient la Première ministre pour cela, même si ça fait grincer quelques dents dans d’autres cercles.

Urgence

Reste l’urgence de la crise. Les chiffres sont là. Certes, il est difficile de comparer entre pays, mais la Belgique est à 3346 morts pour 11 millions d’habitants, dont 327 dans les dernières 24 heures, et ce nombre pourrait être sous-évalué avec les décès suspects. 10.000 tests sont promis depuis de nombreux jours, mais ne sont toujours pas en place. Et si les chiffres au sein des hôpitaux montrent que la situation ‘est sous contrôle’, ce n’est pas du tout le cas dans les maisons de repos: 80% d’entre elles sont touchées par le coronavirus à Bruxelles, par exemple.

Sans des tests de masse, pas de politique efficace adaptée aux problèmes, et pas de sortie du confinement, c’est aussi simple que ça. Ça demande bien sûr une logistique importante qui ne se fait pas en un claquement de doigt, mais il est plus que temps de prendre les bonnes décisions, après un début de crise difficile. Comme partout en Europe, il est vrai.

Des tests, des masques utilisables, et un personnel soutenu, dans les hôpitaux et surtout dans les maisons de retraite, sont les priorités absolues.

Source: BusinessAM


Pour aller plus loin...


Corona Virus Update

  • Monde
  • Nombre
    d'infections
    31.774.394
  • Nombre
    de décès
    975.040
  • Belgique
  • Nombre
    d'infections
    106.887
  • Nombre
    de décès
    9.959
Biden vs Trump
ÉLECTIONS AMÉRICAINES
Suivez le live ici chaque jour