Le gouvernement américain investit désormais dans des entreprises privées de fusion nucléaire : le « Saint Graal de l’énergie » bientôt sur le marché ?

Le gouvernement américain a injecté des fonds dans le développement de la fusion nucléaire depuis les années 1950. Mais jeudi dernier, il a annoncé que, pour la première fois, il allait investir une somme importante dans des entreprises privées travaillant sur cette technologie.

Pourquoi est-ce important ?

Les réacteurs à fusion nucléaire tentent de reproduire ce qui se passe dans le soleil : les noyaux atomiques y sont comprimés sous une immense pression jusqu'à ce qu'ils fusionnent. Une énorme quantité d'énergie est libérée dans le processus. Les réacteurs expérimentaux de fusion nucléaire du monde entier tentent actuellement de faire la même chose, en utilisant principalement des isotopes d'hydrogène. Si elle arrive un jour sur le marché, la fusion nucléaire promet de pouvoir générer un approvisionnement quasi-infini en électricité, sans émissions de gaz à effet de serre.

Le ministère américain de l’Énergie a annoncé cette nouvelle jeudi lors du Global Clean Energy Action Forum, une conférence organisée dans l’État américain de Pennsylvanie et consacrée au développement des sources d’énergie renouvelables. Le ministère a déclaré qu’il allait débloquer quelque 50 millions de dollars pour investir dans des entreprises privées développant cette technologie. Pour ce faire, il conclura des partenariats public-privé.

Selon ses partisans, ce serait le signe que cette technologie est sur le point d’entrer sur le marché. « Cet argent signifie que le gouvernement américain est sérieux dans son programme de fusion qui va s’accélérer pour atteindre une importance commerciale », a déclaré à CNBC Andrew Holland, PDG de la Fusion Industry Association, une association commerciale indépendante à but non lucratif enregistrée aux États-Unis pour l’industrie internationale de la fusion nucléaire.

ITER

Le gouvernement américain investit déjà environ 700 millions de dollars par an dans la recherche sur cette technologie. Cependant, cet argent va principalement aux laboratoires et aux universités. Une partie est également utilisée pour ITER, la collaboration avec une série d’autres pays pour construire en France le plus grand réacteur expérimental à fusion de tous les temps.

Il devrait être opérationnel d’ici quelques années. Les expériences d’ITER devraient être la dernière étape avant le démarrage des réacteurs commerciaux. Toutefois, le réacteur expérimental ne sera pas à pleine puissance avant le milieu des années 2030, ce qui signifie qu’il ne sera pas possible de commercialiser la technologie qui y est conçue avant les années 2040 au plus tôt.

Le secteur privé doit accélérer le processus

Cependant, de nombreux passionnés ne veulent pas attendre aussi longtemps. C’est pourquoi, ces dernières années, les investisseurs ont injecté de plus en plus d’argent dans le développement d’entreprises privées de fusion nucléaire. Au total, il existe déjà au moins 30 entreprises qui veulent produire de l’énergie par la fusion nucléaire d’une manière ou d’une autre. Le fait que le gouvernement américain commence également à investir dans ces entreprises est une bonne nouvelle pour le secteur, selon M. Holland.

Si l’administration Biden estime que l’investissement en vaut la peine, elle pourra investir beaucoup plus à l’avenir. Après tout, le Congrès américain a déjà autorisé le déblocage de jusqu’à 415 millions de dollars dans les budgets futurs, soit huit fois le budget actuel. Toutefois, ce n’est encore rien comparé aux investissements du secteur privé : quelque 5 milliards de dollars sont désormais injectés chaque année par des investisseurs dans des projets de fusion nucléaire, une somme qui augmente rapidement chaque année.

Il faudra toutefois attendre longtemps avant que cette technologie n’arrive sur le marché. Après tout, il y a encore des problèmes majeurs à résoudre. En outre, il est possible que l’approvisionnement mondial en l’un des isotopes d’hydrogène les plus importants pour les réacteurs de fusion nucléaire s’épuise bientôt, avant que la technologie ne soit suffisamment mature pour atteindre le marché.

(JM)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20