Le gouvernement américain considère le mouvement de boycott contre Israël (BDS) comme ‘antisémite’ et va prendre des sanctions

Le secrétaire d’Etat américain, Mike Pompeo (Nicholas Kamm/Pool Photo via AP)

En visite en Israël, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a rappelé la ‘collaboration étroite’ entre son pays et Israël. Il déclare le mouvement BDS comme ‘antisémite’.

‘Aujourd’hui, je veux faire une annonce. Nous allons prendre des mesures immédiates pour identifier les organisations impliquées dans la campagne de haine BDS. Le gouvernement américain va retirer son soutien à ces organisations et prendre des sanctions’, a-t-il déclaré aux côtés du Premier ministre Benyamin Netanyahou à Jérusalem ce jeudi.

‘La campagne BDS (Boycott, désinvestissement et sanctions) contre Israël est antisémite’, a-t-il affirmé sans détour.

Sous la législature de Trump, Israël et les États-Unis ont été main dans la main. À commencer par le déménagement de l’ambassade américaine à Jérusalem, jusqu’aux sanctions américaines contre l’Iran, en passant par la reconnaissance de la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan.

Le mouvement BDS date de 2005 et vise à exercer une pression sur l’État hébreu, accusé d’occuper des territoires qui ne lui appartiennent pas. Peu à peu accusé d’antisionisme, le mouvement fait face maintenant à des accusations répétées d’antisémitisme. Lancé par des ONG palestiniennes, le mouvement a été suivi en Europe, notamment en France et en Belgique.