Le FMI et la Banque mondiale s’inquiètent de l’économie mondiale : « La situation actuelle évoque des souvenirs douloureux des années 1970 »

Le FMI et la Banque mondiale ont tous deux exprimé leurs préoccupations concernant l’économie mondiale. On craint que de nombreux pays ne tombent bientôt en récession. « L’ensemble de la situation me rappelle les années 1970 », a déclaré Indermit Gill, économiste en chef de la Banque mondiale, aux journalistes.

Avec la guerre en Ukraine, la crise énergétique européenne et l’inflation galopante qui frappe de nombreux pays, l’économie mondiale est dans une situation précaire. Gill craint qu’elle ne se dirige vers une période de stagflation – un mélange toxique de faible croissance et d’inflation élevée. S’adressant à quelques journalistes à Washington, il a noté que la Banque mondiale a dû ajuster ses prévisions en raison de la guerre en Europe de l’Est et de ses retombées.

Les années 1970

« Il y a six mois, nous étions vraiment inquiets du ralentissement de la reprise et des prix très élevés de certaines matières premières. Aujourd’hui, je pense que nous sommes beaucoup plus préoccupés par une stagflation générale, qui évoque les souvenirs douloureux du milieu des années 1970 et des décennies perdues », a-t-il ajouté.

L’économiste en chef a ajouté qu’aujourd’hui, le monde est plus polarisé, qu’un nombre croissant de pays à revenu intermédiaire sont en difficulté et que beaucoup sont très endettés. « La situation actuelle a mis fin aux jours de gloire de la réduction de la pauvreté au niveau mondial. Cette période s’étend d’environ 1990 à 2021 », a-t-il conclu.

Les préoccupations du FMI

Le FMI, par l’intermédiaire de son porte-parole Gerry Rice, a également exprimé ses inquiétudes quant à la direction que prend l’économie mondiale aujourd’hui. Il a souligné que les risques baissiers continuent de dominer les perspectives de croissance de l’économie mondiale. Par exemple, le FMI part du principe que certains pays entreront en récession l’année prochaine. « Mais il est trop tôt pour dire s’il y aura une récession mondiale », a-t-il déclaré à quelques journalistes.

Le FMI s’attend également à ce que la croissance économique perde de son élan au troisième trimestre en raison de la persistance d’une inflation élevée, de problèmes de chaîne d’approvisionnement et du resserrement des conditions du marché financier. « Ce que nous avions caractérisé comme un ralentissement économique mondial n’a fait que s’aggraver au cours des dernières semaines et des derniers mois », a-t-il déclaré.

En juillet, l’institution financière internationale a réduit ses prévisions de croissance mondiale à 3,2 % pour 2022 et à 2,9 % pour 2023. Le mois prochain, le FMI publiera de nouvelles prévisions.

(JM)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20