Le FMI entend mettre à disposition tous les outils possibles pour surmonter la crise

La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Kristalina Georgieva, et le président du groupe de la Banque mondiale, David Malpass, participent à une conférence de presse conjointe sur la réponse des organisations à l’épidémie de coronavirus COVID-19 au siège du FMI à Washington, le 4 mars. (EPA-EFE/ERIK S. LESSER)

Tous les instruments financiers possibles doivent être mis à disposition des pays pour les aider à surmonter la récession causée par la pandémie due au nouveau coronavirus, a estimé jeudi la directrice générale du Fonds monétaire international.

‘Tout doit être sur la table (car) nous ne savons tout simplement pas pour le moment comment la crise va évoluer’, a déclaré Kristalina Goergieva, lors d’une conférence de presse clôturant les réunions de printemps qui se sont tenues en mode virtuel en raison de la crise sanitaire.

L’économie mondiale va être en récession cette année, selon les dernières prévisions de croissance du Fonds monétaire international qui table sur une contraction de 3% du Produit intérieur brut mondial (PIB) si les mesures de confinement s’arrêtent à la fin juin.

Si la pandémie et les mesures de confinement devaient se poursuivre, la récession pourrait être bien plus sévère.

Cette crise affecte déjà durement de nombreux pays, à commencer par les plus pauvres en Afrique.

La pandémie va ainsi plonger cette année les pays d’Afrique subsaharienne dans leur première récession depuis un quart de siècle, avec une baisse de 1,6% de leur PIB.

Le continent reste pour l’heure relativement épargnée par l’épidémie mais de nombreux experts redoutent une catastrophe sanitaire sur ce continent pauvre et aux systèmes de santé défaillants.

Le Fonds a approuvé dès lundi un moratoire sur les remboursements de dette pour 25 pays, la plupart situé en Afrique.

Lire aussi: