‘Le commerce mondial montre une reprise plus rapide qu’après la crise Lehman Brothers’

Chris Emil Janßen/Action Press

Le commerce mondial se remettrait plus facilement de la pandémie que de la crise financière d’il y a 12 ans. C’est en tous les cas ce que révèle une étude de l’Institut allemand pour l’économie sociale (IfW). Les chercheurs soulignent que le trafic s’est rétabli plus vite qu’après la faillite de Lehman Brothers .

Selon Gabriel Felbermayr, président de l’institution allemande, cette observation indique clairement une reprise ‘en forme de V’ de l’économie mondiale. Le commerce a été contraint de fait face à la crise, mais connaît aussi une reprise rapide’, a déclaré M. Felbermayr, expliquant que la situation actuelle est nettement meilleure qu’il y a dix ans.

Avertissement

La pandémie a peut-être poussé l’économie mondiale à la crise la plus importante depuis la Grande Dépression. Les experts notent toutefois que ‘la reprise économique se calque sur l’assouplissement des mesures pour contenir l’épidémie’. Plusieurs décideurs politiques estiment cependant que la prudence est de rigueur et qu’il ne faut pas être trop optimistes. Selon eux, ‘la crise n’est pas encore derrière nous’.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a récemment laissé entendre que les prévisions des experts quant à une reprise économique en forme de ‘V’ pourraient être ‘trop optimistes’.

D’autres organisations spécialisées, comme l’Institut für Weltwirtschaft, restent néanmoins confiantes.

Tableaux des conteneurs

L’étude allemande met notamment l’accent sur la récupération du trafic de conteneurs maritimes. ‘Les mouvements maritimes sur les routes américaines, asiatiques et européennes montrent une normalisation’, soulignent les scientifiques allemands. ‘Fin août, la capacité mondiale de fret est revenue au niveau que l’on aurait pu attendre dans des circonstances normales, même sans l’impact d’une crise’, ont-ils ajouté. 

Les chercheurs soulignent qu’en juin, le commerce mondial du fret était encore 9%  inférieur au taux observé en février dernier, alors qu’entre février et avril, une nouvelle contraction d’environ 15 % avait été enregistrée.