« Le bitcoin est une expérience techno-utopique obscure qui peut faire apparaître des actifs financiers à partir de rien »

Le professeur de droit Saule Omarova est nommé par Washington à la tête d’un important ministère des finances américain. Cela semble être une mauvaise nouvelle pour l’essor de la crypto au sein des institutions traditionnelles. Omarova a déjà fait des déclarations critiques sur les monnaies numériques par le passé.

L’agence de presse Bloomberg le décrit comme « une gifle pour la crypto » : jeudi, le président américain Joe Biden a nommé Saule Omarova, professeur de droit à la Cornell Law School, comme possible nouveau chef de l’Office of the Comptroller of the Currency. Il s’agit d’un département du Trésor américain qui garde un œil sur les affaires monétaires des banques nationales.

Omarova est connue comme une personnalité régulièrement très critique à l’égard des crypto-monnaies. En février, Omarova a partagé un article du Financial Times qui mettait en parallèle la montée du bitcoin, la plus grande crypto-monnaie, avec la chute des États-Unis. Omarova a souligné l’article en tweetant que les Américains doivent « sortir de la récession post-covid par une ‘vraie’ croissance financière ».
Il s’agit d’une référence aux énormes investissements que les Américains et les investisseurs institutionnels ont réalisés dans les cryptomonnaies telles que le bitcoin et l’ethereum au cours de l’année dernière. Selon Mme Omarova, ces actifs numériques sont une expérience peu rigoureuse qui n’apportera rien à la société.

Par exemple, en 2019, le bitcoin a été décrit par Omarova comme « une obscure expérience techno-utopique » et « un bon exemple de la façon dont la fintech est utilisée pour fabriquer des actifs financiers qui sont échangés apparemment à partir de rien ».

Le système financier dysfonctionnel d’aujourd’hui bénéficie principalement des cryptomonnaies

Selon Bloomberg, Omarova décrit l’essor des cryptomonnaies comme un phénomène qui profite principalement au « système dysfonctionnel actuel ». Ce faisant, elle aborde un sujet sensible et très débattu au sein de la communauté cryptographique.

Les puristes du bitcoin sont tristes de voir les investisseurs institutionnels injecter des sommes massives dans la monnaie numérique, entraînant le monde cryptographique toujours plus profondément dans l’enchevêtrement du système traditionnel. Pourtant, le bitcoin, avec son système décentralisé, a été conçu pour supprimer l’ancienne façon de faire des affaires.

L’argent et le pouvoir sont étroitement liés

Omarova n’est pas la première par les régulateurs américains à penser que la finance a un côté politique et idéologique. Dans une déclaration de 2018 au Congrès, Omarova a indiqué que l’argent et le pouvoir sont les deux faces d’une même pièce. « La finance est, et sera toujours, une question d’intérêt public énorme », a-t-elle opiné.

« Rendre les transactions financières virtuelles ne change rien à cette réalité. Cela ne fait que l’éloigner de notre vue », a conclu Mme Omarova. C’est un point de vue auquel la sénatrice démocrate Elizabeth Warren a récemment adhéré. Warren estime que la crypto n’a pas encore reçu de réglementation claire et a indiqué qu’elle allait œuvrer en ce sens.

Pour aller plus loin :

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20