L’architecte de l’euro met en garde contre la stagflation : « La BCE vivait dans un fantasme »

Otmar Issing, l’un des architectes de la monnaie unique de l’UE, estime que la Banque centrale européenne (BCE) a été beaucoup trop lente à réagir à la hausse de l’inflation dans la zone euro. Selon cet Allemand de 86 ans, l’économie européenne risque désormais de basculer dans la « stagflation » : un cocktail toxique d’inflation croissante et de croissance nulle.

Pourquoi est-ce important ?

Le taux d'inflation annuel de la zone euro a atteint un niveau record de 7,5 % en mars, contre 5,9 % le mois précédent. La flambée des prix de l'énergie est un facteur important de l'inflation, car la guerre entre la Russie et l'Ukraine, entre autres, fait grimper les prix des matières premières.

Otmar Issing, qui, en plus d’être le concepteur de la monnaie unique en 1998, a également été le premier économiste en chef de la BCE, a reproché à la banque centrale de minimiser le risque d’inflation. Dans une interview accordée au journal économique britannique Financial Times, il a clamé que la BCE n’a pas modéré sa politique d’argent bon marché assez rapidement pour amortir l’inflation.

« Mauvais diagnostic, mauvaise politique »

« La BCE vivait dans le fantasme qu’elle pouvait poursuivre cette politique sans conséquences négatives », a-t-on entendu. « Elle serait dans une situation meilleure, ou du moins moins mauvaise, si elle avait commencé plus tôt à normaliser sa politique ; la guerre ne doit pas détourner l’attention de ce fait. »

Issing a fait valoir que la BCE a mal évalué les facteurs à l’origine de la hausse de l’inflation. « La BCE a massivement contribué à ce piège dans lequel elle est maintenant prise, car nous nous dirigeons vers le risque d’un environnement stagflationniste« , a suggéré l’ancien banquier.

Le modèle de prévision de l’inflation de la BCE, selon M. Issing, est dépassé ; il est trop basé sur les cycles passés. « Il faut une approche beaucoup plus large pour expliquer l’inflation à une époque de changement structurel. Si vous avez le mauvais diagnostic, vous avez bien sûr la mauvaise politique », a-t-il déclaré au FT.

La BCE a fixé un objectif de 2 % pour l’inflation des prix à la consommation, mais elle a eu du mal à l’atteindre depuis la crise de la dette souveraine européenne, qui a éclaté fin 2009.

« Le dragon s’est réveillé »

De nombreuses banques centrales, dont la Réserve fédérale américaine et la Banque d’Angleterre, ont déjà cessé d’acheter des obligations et commencé à relever les taux d’intérêt.

Issing a également estimé que la BCE a été trop lente à modérer sa politique d’assouplissement monétaire. « Il est clair que la BCE réagit trop tard, tandis que la Fed est peut-être encore plus en retard », a déclaré celui qui est devenu président du Centre d’études financières de l’université Goethe à Francfort, le cœur économique de l’Allemagne, depuis qu’il a quitté la BCE en 2006.

« L’inflation était un dragon endormi ; ce dragon s’est maintenant réveillé », a conclu l’économiste de renom.

Réunion du conseil d’administration

Les membres du conseil d’administration de la BCE se réuniront demain pour discuter de la suite de la politique monétaire. Lors de la dernière réunion, il a été décidé d’arrêter le programme d’achat au troisième trimestre, ce qui laisse la porte ouverte à une hausse des taux d’ici la fin de l’année.

Selon les économistes, la menace d’une hausse des prix de l’énergie et l’incertitude quant à l’impact de la guerre en Ukraine sur la croissance pourraient influer sur l’ampleur du resserrement de la politique monétaire de la BCE.

« Le risque est que la BCE ne valide pas la tarification de juillet sur une éventuelle hausse des taux en raison de l’incertitude sur l’impact du conflit Russie-Ukraine sur la croissance », a déclaré Jordan Rochester, stratège devises chez Nomura, à Business Insider.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20