L’Arabie saoudite accepte de pomper davantage de pétrole après la visite de Joe Biden

Le président américain Joe Biden s’est assis avec Mohammed bin Salman, le prince héritier d’Arabie saoudite, vendredi. Au cours de cette réunion, les deux dirigeants ont conclu un accord sur la production de pétrole. L’Arabie saoudite augmentera systématiquement cette production pour atteindre 13 millions de barils par jour.

Biden est actuellement en tournée au Moyen-Orient. et a rendu visite au prince héritier d’Arabie saoudite ce vendredi. Les deux dirigeants ont discuté, entre autres, de la forte hausse des prix de l’énergie. L’Occident demande depuis un certain temps d’augmenter la production de pétrole afin de baisser les prix, une situation où le premier producteur mondial de pétrole doit évidemment jouer un rôle essentiel.

13 millions de barils par jour

Selon l’agence de presse 24Live, Biden et Bin Salman ont conclu un accord sur l’augmentation de la production de pétrole : l’Arabie saoudite pomperait systématiquement plus d’un million de barils supplémentaires par jour, portant ainsi sa production quotidienne totale à 13 millions de barils. Biden espère que cela fera baisser les prix du pétrole, le baril de brut oscillant aujourd’hui autour de 100 dollars (tant pour le WTI que pour le Brent). Le pays arabe avait déjà indiqué en mai qu’il souhaitait porter progressivement sa production à 13 millions de barils d’ici 2027. Il reste à voir s’il s’agit d’une victoire pour Biden.

Bin Salman a souligné aujourd’hui, lors d’un sommet à Djeddah entre les États-Unis, les six pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG), l’Égypte, la Jordanie et l’Irak, que son pays ne peut pas augmenter sa production au-delà de 13 millions de barils par jour. Le prince héritier a ajouté que des efforts conjoints sont nécessaires pour soutenir l’économie mondiale et qu’une politique irréaliste en matière de ressources énergétiques ne ferait qu’accroître l’inflation.

L’affaire Khashoggi

Biden espère améliorer les relations avec le royaume, après avoir qualifié auparavant le pays de « paria » en raison de l’implication de bin Salman dans le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi en 2018. Le président américain a déclaré, après sa rencontre avec le prince héritier, qu’il avait fait connaître sa position sur cette question « de manière très claire ». « J’ai dit au prince héritier que je le tenais personnellement responsable de ce meurtre », a déclaré le président américain.

MB

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20