L’ampleur de la crypto-criminalité? Plus de 10 milliards de dollars, rien qu’en 2020

Unsplash

La criminalité financière liée aux cryptomonnaies a capté près de 10,5 milliards de dollars l’année dernière, indique la société londonienne d’analyse de blockchain Coinfirm.

Encore un sombre record. Des montants astronomiques sont détournés chaque année par le biais de multiples procédés impliquant les cryptomonnaies. L’écrasante majorité de ces méfaits n’est pas signalée aux forces de l’ordre et près de la moitié des vols n’est même jamais réclamée.

‘Il n’y a pas d’instance internationale pour intervenir face à cette crypto-criminalité, en combinant les informations des autorités locales, de cabinets juridiques et d’enquêteurs financiers’, souligne Coinfirm en préambule de son rapport 2020.

Cette entreprise londonienne spécialisée en analyse de blockchains a développé une solution de traçage en direct des fonds frauduleux. Ce qui permet aux victimes ou aux témoins de (tenter de) réclamer justice. Coifirm estime ainsi l’impact de la crypto-criminalité à quelque 10,47 milliards $, rien que pour l’année dernière.

On constate que certaines formes de criminalité dominent. Plus des deux tiers (67,8%) des sommes d’argent ont effectivement été détournés par des méthodes de fraude et autres escroqueries. Soit 7 fois plus que les hacks, qui n’ont siphonné ‘que’ 9,6% de la valeur totale. Le commerce de stupéfiants et les marchés du darknet représentaient quant à eux 18,4%.

‘Ce montant est dérisoire par rapport à la criminalité financière traditionnelle’, affirme la société Coinfirm, en rappelant les estimations formulées par le groupe de consultance Ernst & Young. En effet, EY a alerté quant au caractère insoutenable de la criminalité financière, l’un des plus grands risques systémiques pour l’économie mondiale. EY estime le coût annuel du blanchiment d’argent et des crimes associés entre 1400 à 3500 milliards $.

François Remy.

Pour aller plus loin: