Les marchés:
Markten inladen...

LUNDI 25 MAI

Business 24/7

Zoeken
scrollTop top

L’Amérique du Sud est un nouvel épicentre du coronavirus, prévient l’OMS

Logo Business AM
Crise du coronavirus

22/05/2020 | Sonia Romero | 4 min de lecture

Des employés du service funéraire enterrent une victime de COVID-19 dans le cimetière de Vila Formosa, situé à Sao Paulo, au Brésil. (EPA-EFE/FERNANDO BIZERRA)

L’Organisation mondiale de la santé indique ce vendredi que l’Amérique du Sud est devenu un nouvel épicentre de la pandémie de Covid-19. Le Brésil est de loin le pays le plus touché.

‘Dans un sens, l’Amérique du Sud est devenue un nouvel épicentre de la maladie’, a déclaré le Dr Mike Ryan, principal expert de l’OMS en matière de situations d’urgence. Il ajoute que le Brésil est ‘clairement le plus touché’. Le pays compte au moins 310.087 cas de coronavirus, le 3e au monde le plus touché par la pandémie derrière les États-Unis (1.588.322) et la Russie (326.448). Le Brésil déplore 20.047 victimes.

Hydroxychloroquine

Pour lutter contre le virus, les autorités brésiliennes ont approuvé une large utilisation de l’hydroxychloroquine, un médicament antipaludique considéré comme un traitement potentiel à la maladie.

Sauf que les preuves cliniques actuelles ne soutiennent pas l’utilisation généralisée de ce médicament non prouvé et qui possède également des risques non négligeables. Le Président américain Donald Trump a lui clamé début de semaine en prendre ‘un comprimé par jour depuis une semaine et demie’ à titre préventif contre la maladie. Les autorités sanitaires américaines mettent elles clairement en garde contre un tel traitement potentiellement dangereux. La FDA, la fédération américain des médicaments, a souligné ‘le risque de troubles du rythme cardiaque’.

‘Si vous êtes une personne à risque et que vous prenez cela comme un traitement préventif… Cela va vous tuer. Je ne le répéterai jamais assez. Cela va vous tuer’, a aussi indiqué le journaliste Neil Cavuto sur la chaîne Fox News.

Afrique

En outre, l’expert de l’OMS a fait le point sur le continent africain. Neuf pays y ont connu une augmentation de 50 % des cas au cours de la semaine dernière, tandis que d’autres ont connu une baisse ou ont des taux stables, a déclaré Ryan. Malgré le faible taux de mortalité, il craint que la maladie se propage sur un continent où il existe des ‘lacunes importantes’ dans les services de soins intensifs, l’oxygène médical et la ventilation.

Lire aussi:

Source: Reuters


Pour aller plus loin...


Logo Business AM

Business AM | Stocks