L’algorithme qui révèle les vraies couleurs au fond de l’océan

Un nouvel algorithme permet de traiter les clichés pris au fond de l’océan et de retransmettre les vraies couleurs sous l’eau.
© Matan Yuval (Presse-citron)

Un nouvel algorithme permet de traiter les clichés pris au fond de l’océan et de retransmettre les vraies couleurs sous l’eau. 

Savez-vous à quoi ressemblent les couleurs au fond de l’océan? Non, tout n’est pas teinté de bleu comme on pourrait le croire. Si vous avez déjà fait de la plongée, vous le savez: les couleurs au fond de l’eau sont vives, comme celles sur terre. Pourtant, les photos prises sous mer sont loin de refléter la réalité. À cause de la distorsion de la lumière par l’eau, les couleurs et la lumière ne sont plus visibles sur les clichés. La grande déception des plongeurs. 

Mais le monde de la photographie sous-marine est en train de connaître une grande révolution. Un algorithme permet dorénavant de traiter automatiquement les images sous-marines pour leur attribuer leurs couleurs d’origine. Les résultats sont bluffants, comme révélés par Presse-citron.

‘Sea-Thru’

‘Sea-Thru’, c’est le petit nom issu d’un jeu de mots de cet algorithme magique. C’est la chercheuse Derya Akkaynak qui a développé ce nouvel outil qu’elle qualifie de révolutionnaire. Avec son collègue Tali Trebitz, ils regrettaient de ne pas retrouver les vraies couleurs de l’océan sur leurs photographies sous-marines. Puisque l’on n’est jamais mieux servi que par soi-même, ils ont donc comblé ce manque en développant leur propre instrument.

Cette avancée ne permettra pas seulement aux amoureux de l’océan de découvrir ses vraies couleurs, mais facilitera surtout la recherche en milieu sous-marin. Avant le développement de cet algorithme, l’intelligence artificielle n’était pas capable de traiter automatiquement les données des images sous l’eau. À cause de l’altération des couleurs, et donc de la réalité, aucun outil ne pouvait y détecter la faune et la flore. Les chercheurs devaient donc effectuer cette analyse manuellement, photo par photo. 

Sous l’océan

Cette tâche lourde et imprécise fait désormais partie du passé grâce à Sea-Thru. Et la chercheuse Derya Akkaynak n’en est pas peu fière. ‘Lorsque ces images seront prétraitées avec Sea-thru, les scientifiques pourront alors utiliser les puissantes méthodes de vision artificielle et d’apprentissage automatique existantes pour pouvoir compter, identifier, segmenter, et classer les animaux et autres objets. C’est la raison pour laquelle je vois dans Sea-thru le début de l’explosion de l’IA dans le domaine des sciences de la mer’, explique-t-elle. Sous l’océan, c’est bien mieux… avec l’intelligence artificielle.