L’administration Biden veut être transparente sur le 11 septembre: le FBI va publier des document secrets

À l’approche des vingt ans des attentats du 11 septembre, les autorités américaines ont annoncé qu’elles allaient réexaminer certains dossiers classifiés. Avec, en ligne de mire, la probable révélation d’éléments jusque-là restés cachés au grand public.

C’était une des promesses de campagne de Joe Biden, mais il aura tout de même fallu que 1.800 survivants des attentats du 11 septembre le bousculent pour qu’il agisse.

Il y a quelques jours, ceux-ci avaient demandé au président américain de ne pas participer aux événements commémoratifs du mois prochain, à moins qu’il ne publie certaines informations relatives au soutien obtenu par les terroristes ayant perpétré les attaques. Ils souhaitent ainsi que le FBI révèle ce qu’il sait au sujet de la manière dont le gouvernement saoudien a financé – directement ou indirectement – les pirates de l’air.

Une divulgation « aussi rapide que possible »

Ce lundi, le département de la Justice a annoncé qu’il allait procéder à un nouvel examen des dossiers relatifs aux attentats du 11 septembre. Il n’a pas précisé si ces éléments concernaient le rôle joué par les autorités saoudiennes. Il a par contre indiqué que cette procédure devait mener à une divulgation d’informations restées cachées jusqu’à présent.

« Le FBI divulguera ces informations au fur et à mesure et aussi rapidement que possible », ont précisé les responsables du département de la Justice.

Joe Biden a lui aussi commenté la nouvelle. « Comme je l’ai promis pendant ma campagne, mon administration s’est engagée à assurer le plus haut degré de transparence possible en vertu de la loi, et à respecter les directives rigoureuses émises par l’administration Obama-Biden sur l’invocation du privilège des secrets d’État. Dans cette optique, je me félicite de la décision prise aujourd’hui par le ministère de la Justice », a déclaré le président des États-Unis dans un communiqué.

M. Biden avait effectivement annoncé durant sa campagne qu’il ferait son maximum pour offrir une plus grande transparence aux survivants et aux proches des victimes des attentats du 11 septembre au sujet des documents conservés par le gouvernement, là où ses prédécesseurs avaient régulièrement invoqué des raisons de sécurité pour les garder secrets.

Pas suffisant ?

Les principaux concernés avaient justement dénoncé en fin de semaine dernière le fait que leur nouveau président n’ait pas respecté ses engagements. Sont-ils satisfaits par l’annonce du département de la Justice ? À en croire Brett Eagleson, qui a perdu son père le 11 septembre et qui défend les intérêts de nombreuses familles de victimes tuées lors des attentats, non.

« Le département de la Justice et le FBI ont déjà eu trois ans pour « examiner » les dossiers et peuvent agir immédiatement pour publier les documents, y compris le rapport d’examen du FBI de 2016, non expurgé, sur l’enquête menée pendant des années par le bureau sur les agents du gouvernement saoudien qui « sont connus pour avoir fourni une aide substantielle » aux pirates de l’air, ainsi que les relevés téléphoniques et les déclarations des témoins », a-t-il déclaré, cité par CNN.

Le département de la Justice, dans un document déposé au tribunal lundi, a fait savoir que le FBI a récemment clos une enquête sur des personnes susceptibles d’avoir fourni une aide substantielle aux pirates de l’air du 11 septembre. Les survivants et les proches des victimes espèrent fermement être informés des conclusions de celle-ci, ainsi que de celles d’une enquête sur l’Arabie Saoudite menée en 2016.

L’enquête de la Commission du 11 septembre, qui s’est achevée en 2004, a estimé qu’il était probable que des organisations caritatives financées par le gouvernement saoudien aient soutenu les attaques terroristes, mais n’a pas rapporté de preuves d’un financement direct par le gouvernement. Quinze des 19 attaquants des attentats du 11 septembre étaient des citoyens saoudiens, et le cerveau Oussama Ben Laden est né en Arabie saoudite. Le gouvernement saoudien a toujours nié les allégations selon lesquelles il aurait été impliqué dans ces attaques.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés
BEL20