L’Académie des Oscars met en place des critères de diversité pour qui espère pouvoir remporter ‘le meilleur film’

Statue photographiée lors de la seconde cérémonie des Oscars. EPA-EFE/ETIENNE LAURENT

En juin, l’Académie des Arts et des Sciences du cinéma, qui supervise les Oscars, avait déclaré qu’elle ajouterait des critères de diversité à la compétition du célèbre trophée. Ces nouvelles règles, détaillées hier par l’Académie, sont une première dans l’histoire du cinéma.

À partir de 2024, année durant laquelle se déroulera la 96e édition des Oscars, les longs-métrages qui espèrent se qualifier pour la catégorie des meilleurs films devront répondre à des normes d’inclusion bien spécifiques.

Ainsi, on apprend ‘qu’un des acteurs principaux devra être issu d’un groupe racial ou ethnique sous-représenté, que ce soit un Asiatique, un Hispanique, un Noir, un Indigène, un Amérindien, une personne issue du Moyen-Orient, un Nord-africain, un Hawaïen ou un autre habitant des îles du Pacifique’.

Les différentes équipes de production devront aussi respecter d’autres règles: ‘30% des acteurs qui endossent des rôles secondaires ou mineurs devront être des femmes ou des membres de L.G.B.T.Q ou appartenir à un groupe racial ou ethnique sous-représenté, ou encore, être des personnes souffrant d’un handicap mental ou physique’. Autre possibilité, le thème du film pourrait s’inspirer d’un groupe sous-représenté.

‘Un catalyseur de changement’

Cette initiative s’inscrit dans le cadre d’un effort pour encourager la diversité. Au fil des ans, l’académie a été critiquée pour avoir présenté des films exclusivement joués par des acteurs blancs, une faute que beaucoup attribuent tant à l’ADN de l’Académie et à l’industrie du cinéma en général. 

‘Le cinéma doit refléter la diversité de notre population mondiale, tant dans la création des films que dans les spectateurs que ces derniers attirent’, ont déclaré le président de l’Académie, David Rubin et la directrice générale, Dawn Hudson, dans une déclaration, ajoutant que les normes ‘seraient un catalyseur de changement durable et essentiel dans notre industrie’.

Un timing bien précis

Mais comment tout cela va-t-il s’orchestrer? À compter de 2022, chaque candidat qui convoite le prix devra rentrer ‘un formulaire d’inclusion’ pour être considéré comme éligible. Puis en 2024, pour intégrer la compétition, la production cinématographique devra répondre à au moins deux des normes imposées par l’Académie se rapportant à: 

  • La représentation à l’écran
  • La direction artistique
  • Les possibilités d’apprentissage pour les membres des groupes sous-représentés 
  • La diversité dans les services de marketing et de distribution
  • Offrir à la fois des apprentissages rémunérés et des possibilités de formation aux membres des groupes sous-représentés qui travaillent dans les coulisses à la réalisation du film en question,
  • embaucher plusieurs cadres supérieurs issus de ces groupes, soit au studio, soit à la société cinématographique chargée du marketing et de la distribution des films.
  • Le choix des monteurs

Ces changements interviennent alors que ces dernières années, l’Académie s’est efforcée d’encourager la diversité suite à l’avènement du #OscarsSoWhite. Le hashtag, né sur twitter, avait été créé alors que l’organisation n’avait nominé aucun acteur de couleur aux Oscars durant deux années consécutives.