La ville de Berlin rachète pour près d’un milliard d’euros de logements

La ligne d'horizon de la capitale allemande, Berlin
Getty Images

La capitale allemande, Berlin, a décidé de racheter des logements à une grosse société immobilière pour près d’un milliard d’euros. Il s’agit d’une nouvelle stratégie de la ville pour tenter d’endiguer la hausse spectaculaire des loyers.

Les biens en question sont d’anciens logements sociaux que la ville avait fait construire entre les années 1960 et 1990 dans les quartiers Spandau et Reinickendorf. Le rachat, effectué par la société publique Gewobag pour 920 millions d’euros, a été qualifié de “plus grande renationalisation de l’histoire”.

Stabiliser les loyers à Berlin

Près de 6000 logements sont concernés. Ils avaient été vendus en 2004 à la société luxembourgeoise Ado Properties pour la somme de 405 millions d’euros. A cette époque, la municipalité berlinoise avait mis en vente environ 200 000 logements pour réduire ses déficits. La plupart ont été acquis par de grosses sociétés immobilières. De nouveaux baux ont été signés avec les locataires, assortis de nouveaux loyers.

“Cette acquisition nous permet de porter notre parc locatif à près de 68 000 et d’offrir des logements abordables à plus de 10 000 locataires supplémentaires”, indique Markus Terboven, un membre du comité directeur de Gewobag. Le bourgmestre de Berlin, Michael Müller, se félicite aussi de cette opération, qui devrait contribuer à “maintenir les loyers stables”, selon lui.

Des Berlinois ont milité pour obtenir l’expropriation de leur propriétaire

Au premier semestre de cette année, des milliers de Berlinois ont manifesté contre la flambée des loyers, et réclamé l’expropriation des gros propriétaires fonciers.

En effet, Berlin est devenue l’épicentre d’une intense spéculation immobilière, caractérisée par des développements luxueux et des achats spéculatifs. Or, au cours de la dernière décennie, elle a gagné 50 000 nouveaux habitants, et sa population atteint 3,5 millions de personnes. La pression sur les logements est donc très forte, et cette pénurie alimente la hausse des loyers. Entre 2008 et 2018, les loyers ont doublé dans la capitale allemande, et rien que l’année dernière, ils ont augmenté de 20 %.

En juin, le conseil municipal a consenti à geler les loyers de près de 1,5 million d’appartements pendant 5 ans à partir de 2020.