La scientifique en chef de l’ONU ne prévoit pas le contrôle du virus ‘avant 4 à 5 ans’

Salvatore Di Nolfi/Keystone via AP

La scientifique en chef de l’Organisation mondiale de la santé, Soumya Swaminathan, n’est pas des plus optimistes. Un contrôle de la maladie n’arrivera pas avant plusieurs années, selon elle. Elle met aussi en garde contre l’idée d’un vaccin sûr et rapide.

La durée de vie du virus et son contrôle dépendent de beaucoup de facteurs. Les mesures de confinement bien sûr, les distances de sécurité qui doivent devenir la norme, mais aussi les potentielles mutations du virus et enfin la mise en place d’un vaccin efficace.

Sur ce dernier point, Soumya Swaminathan incite à la prudence. ‘Il s’agit pour l’instant de la meilleure solution’, mais il y a ‘beaucoup de si et de mais’, rappelle-t-elle. Sur son efficacité, sa sécurité, sa production en masse, et enfin sa distribution équitable. Une simple mutation pourrait rendre tout vaccin inefficace à l’instant t.

En Belgique, Yves Van Laethem, président de la section ‘vaccin’ du Conseil supérieur de la santé, a déjà prévenu qu’il n’y aurait certainement pas de vaccin pour tout le monde quoiqu’il arrive, et qu’il faudra donc faire des choix, vers des groupes ciblés.

La scientifique en chef de l’OMS ne voit pas de contrôle du covid-19 ‘avant 4 à 5 ans’, a-t-elle déclaré lors d’un panel organisé par le Financial Times.

Autre invité de marque, le Belge Peter Piot, tout juste guéri du Covid-19. Le professeur à la London School of Hygiene and Tropical Medicine pense aussi que ‘l’éradication’ de la maladie va exiger beaucoup plus de temps qu’on ne le pense’. Si on peut du moins l’éradiquer.

‘Seule la variole a été éliminée et éradiquée en tant que maladie humaine’, a prévenu le professeur Piot. Il faut plutôt réfléchir en termes d’années et non de mois, selon lui, ce qui doit nous pousser à apprendre à vivre avec la maladie. La London School of Hygiene and Tropical Medicine a très tôt plancher sur un scénario qui nous placerait en quarantaine de manière périodique et plus ciblée. Ce qu’a d’ailleurs rappelé le professeur dans son intervention.

Michael Ryan, directeur des questions d’urgence sanitaire à l’OMS, a lui aussi prévenu lors d’une conférence de presse à Genève que le virus ne pourrait tout simplement jamais disparaitre: ‘Nous avons un nouveau virus qui pénètre la population humaine pour la première fois et il est en conséquence très difficile de dire quand nous pourrons le vaincre. Ce virus pourrait devenir endémique dans nos communautés, il pourrait ne jamais disparaître.’

Pour la docteure Swaminathan, l’humanité doit s’adapter pour trouver ‘une nouvelle normalité’, entre restriction et assouplissement des mesures. Le professeur Piot a lui insisté sur une politique efficace de tests qu’il juge essentielle: ‘Il n’y a pas d’autres choix que d’investir davantage dans les tests.’