La question qui fâche après les inondations : des morts auraient-ils pu être évités ?

Après le drame, les questions. Et elles sont nombreuses. Des internautes et des sinistrés se sont interrogés : une alerte anticipée aux inondations qui ont touché la semaine dernière une large partie de l’est de la Belgique aurait-elle pu éviter la mort de 37 personnes ? En retraçant la ligne du temps des évènements, la lasagne institutionnelle de notre pays peut clairement être mise en cause.

Phénomène aussi rare qu’aléatoire, les inondations qui ont frappé la Belgique les mercredi 14 et jeudi 15 juillet auraient-elles pu être anticipées ? Le fait est que notre pays dispose de plus en plus d’outils performants pour les prévoir. Mais l’information a connu les pires difficultés à être entendue. Et rendons à César ce qui lui appartient: à l’heure où l’on compte toujours les morts et les disparus, quelques experts et internautes éclairés se sont demandé comment on en était arrivé là.

C’est le cas de Laurent Eschenauer qui a retracé une ligne du temps des évènements. De nombreuses sources s’accordent désormais à le dire : plusieurs alertes ont été envoyées à différents niveaux de pouvoir entre le 10 et le 14 juillet. Mais très peu d’ordres d’évacuation ont suivi, ou beaucoup trop tard.

Ligne du temps

  • Le samedi 10 juillet, les outils dont disposent les scientifiques de l’EFAS (European Flood Awareness System) leur permettent de tirer la sonnette d’alarme. Les données récoltées par les satellites et leur supercalculateur ne faisaient plus de doute : la Meuse et le Rhin allaient connaitre des évènements extrêmes.
  • Ce système qui fait partie le programme de gestion des urgences Copernicus EMS (Emergency Management Service) lance en tout 24 alertes entre le 10 et le 14 juillet qui concernent « divers cours d’eau autour du Rhin et de la Meuse ». Ces alertes sont envoyées aux diverses régions qui font partie du programme, et dont font partie les entités fédérées belges.
  • En parallèle, les services météorologiques jouent leur rôle de prévisions. C’est le cas de l’ECMWF (Europe) et de l’IRM (Belgique), mais qui le font séparément. Le lundi 12 juillet, le premier évoque près de 230 litres d’eau par m² sur trois jours dans la région de Verviers, et entre 100 et 150 mm pour toute la province de Liège. Des évènements qui ne se produisent que tous les 50 à 200 ans selon la localité.
  • L’EFAS transmet dès le samedi 10 juillet ses informations à la Direction de la Gestion hydrologique, organe qui dépend du Service public de Wallonie (SPW). Problème: cet organisme n’est pas fait pour lancer les phases d’alerte sur base des données de l’EFAS. Aucune procédure d’urgence n’a donc été lancée.
  • Ce n’est que lorsque l’IRM a lancé ses alertes le lundi 12 juillet que la Direction de la Gestion hydrologique a commencé à surveiller la situation de près. Les messages d’alertes lancés aux communes n’ont finalement été envoyés que le mercredi 14 juillet quand l’IRM est passé en alerte rouge.
  • Il s’avère que les modèles de l’IRM étaient plus optimistes que les modèles européens (ECMWF). Entre 60 et 150 mm par exemple pour la province de Liège. Mais la situation se dégrade rapidement. Lundi (alerte jaune), mardi (alerte orange) et finalement mercredi (alerte rouge) : 100 mm en 24 heures sont annoncés.

Lasagne

Si on ne connait toujours pas le nombre de mails d’alerte envoyés à ce jour aux différents niveaux de pouvoir (local ou régional), on sait que ces messages ne contenaient aucune recommandation pour les bourgmestres par exemple. Ils ne parlent pas davantage d’inondations.

Il s’avère que ce n’est pas le rôle de l’IMR de prédire les inondations. Ni même de lancer une alerte formelle. Les inondations sont une compétence qui doit être gérée au niveau régional. L’IRM est un service fédéral. L’information que recevaient les communes était donc liée à la pluviométrie, mais pas aux risques d’inondation.

En fin de compte, l’information était lacunaire car les données hydrologiques de l’EFAS – un outil pourtant créé à cet effet après les dramatiques inondations de 2002 autour du Danube et de l’Elbe – n’auraient pas été utilisées, pas plus que les prévisions de l’ECMWF.

Le problème est donc structurel. La communication de la bonne information s’est noyée entre les différents services. Certaines communes ont donné des ordres d’évacuation, d’autres l’ont fait beaucoup trop tard. Aucune coordination n’a été appliquée.

Le ministre wallon des Infrastructures Philippe Henry (Ecolo) a été interpelé par de nombreux sinistrés qui s’interrogent: le drame aurait-il pu, au moins en partie, être évité ? Par communiqué, le ministre a demandé au SPW de publier dans les 24 heures toutes les informations relatives au système d’alerte européen pour les risques de crues: « Les bonnes décisions ont-elles été prises et avions-nous toutes les informations nécessaires pour les prendre? Les sinistrés, les familles des victimes et les autorités locales ont le droit d’obtenir des réponses à ces questions légitimes. »

Communiqué de Philippe Henry.

Après coup, le SPW Mobilité et Infrastructure indique par communiqué que seulement 4 des 24 alertes de l’EFAS concernaient spécifiquement la Wallonie. En outre, la première notification aurait été reçue le 12 juillet à 11h27. Ce qui contredit les informations de l’EFAS et de Copernicus.

Le ministre va également demander un rapport indépendant sur la situation des voies hydrauliques. Mais il ne sera attribué qu’à la fin de l’été.

Les barrages

L’autre grande question est la gestion des barrages et en particulier celui d’Eupen. Le SPW aurait-il pu ordonner des lâchers préventifs en début de semaine pour éviter qu’il ne soit saturé par la suite ? Selon le ministre Heny, c’était impossible car cela aurait pu provoquer des inondations dans Eupen-bas, et parce qu’à ce moment-là, les pluies pouvaient être absorbées par le barrage. Résultat des courses: 150 mètres cubes d’eau par seconde ont dû être relâchés dans la nuit de mercredi à jeudi.

Le ministre dit n’avoir rien à cacher: « Je m’engage à ce que les analystes aient accès à tous les services de gestion hydrologique du SPW Mobilité et Infrastructures ainsi qu’à toutes les informations et documents nécessaires pour mener à bien leur mission. »

Des manquements dans la prévention ? Des barrages coresponsables ou simplement des événements dont l’ampleur a dépassé tout le monde ?

Les leçons devront très rapidement être tirées. Ce weekend, de nouveaux orages sont attendus. L’IRM a mis la moitié du pays en alerte orange, dans le centre et à l’est du pays. Si les orages seront nettement plus localisés que la semaine dernière, l’IRM n’exclut pas « des débordements ponctuels ». Les différents services fédéraux, régionaux et communaux sont cette fois prévenus à temps pour prendre les meilleures décisions.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés