La plus grande usine d’hydrogène vert voit le jour au Canada

EPA

L’entreprise Air Liquide vient d’ouvrir au Canada la plus grande usine d’hydrogène ‘propre’ au monde. Un premier pas vers une utilisation massive et propre de source d’énergie tant convoitée.

L’hydrogène est une source d’énergie non-polluante facile à stocker, contrairement à l’électricité produite par les éoliennes notamment. Toutefois, cet hydrogène est aujourd’hui massivement produit par vaporeformage du gaz naturel. Ainsi on consomme un combustible fossile pour obtenir de l’hydrogène, avec à la clé la libération de carbone et d’azote, des gaz dangereux pour la planète.

Mais il existe aussi une production plus écologique: l’électrolyse. Cette technique produit de l’hydrogène à partir d’eau et d’électricité. Il n’y a pas de libération de gaz nocifs. Et cette production est totalement verte si elle utilise de l’énergie renouvelable. C’est ce qu’on appelle l’hydrogène vert.

Et c’est tout à fait ce que veut faire Air Liquide en s’installant à Bécancour au Canada. Un emplacement qui n’a pas été choisi au hasard.

Bécancour

La ville profite des grands lacs de la région, explique Futura Sciences. Et qui dit lac, dit eau en suffisance pour l’électrolyse, mais aussi pour fournir l’électricité verte. Cette source d’énergie est pratiquement la seule à être utilisée dans la province. L’usine s’est donc installée au bord du fleuve Saint-Laurent.

Sa capacité est de 20 mégawatts. C’est suffisant pour recharger 2.000 voitures à l’hydrogène ou pour fournir de l’électricité à 8.000 ménages moyens, indique le site de vulgarisation scientifique. Dans un premier temps, Air Liquide fournira les entreprises chimiques de la région, ainsi que les entreprises de transport qui utilisent l’hydrogène. Dans le futur, lorsque les voitures à hydrogènes seront plus présentes sur les routes nord-américaines, l’usine pourra fournir de cette énergie également aux particuliers.

Aujourd’hui, l’hydrogène est considéré comme l’énergie renouvelable la plus prometteuse qu’on connaisse grâce à sa capacité à être stockée. Toutefois, l’électrolyse, qui rend la production vraiment verte est beaucoup plus chère que le vaporeformage. Il reste donc encore très minoritaire dans le secteur.