Pourquoi l’hydrogène est-il soudainement devenu la vedette de l’énergie durable?

EPA

Voitures, trains, bateaux et chauffage : l’hydrogène est décliné sous toutes ses formes aux services d’une multitude de secteurs. Cette nouvelle technologie, qui consiste à transformer l’hydrogène en énergie, remporte un succès fou, mais d’où vient cet enthousiasme?

Il y a quelques mois, l’Energy Observer voyait le jour. Il s’agissait alors du premier bateau alimenté à l’hydrogène et capable de naviguer de façon autonome. L’hydrogène, une technologie innovante qui porte son regard sur l’avenir, est aujourd’hui convoité par tous les secteurs. Pourquoi ? Car l’énergie qu’il génère est verte, en principe.

Les investisseurs sont tout aussi enthousiastes que les producteurs. Le meilleur exemple est peut-être celui de Nikola, le fabricant de camions électriques qui fonctionnent avec des batteries alimentées par l’hydrogène.

Plusieurs grandes marques automobiles se sont également lancées dans les modèles de voitures à hydrogène. C’est notamment le cas de Nissan et Honda, bien qu’il soit encore trop tôt que pour envisager une transition complète vers l’hydrogène dans ce secteur.

Qu’est-ce que l’hydrogène?

L’hydrogène est omniprésent sur Terre. Nous pouvons également en générer. Par exemple, en envoyant un courant électrique dans l’eau pour séparer les molécules d’oxygènes et d’hydrogènes (électrolyse). Sous haute pression, l’hydrogène génère beaucoup d’énergie et peut être utilisé comme ‘carburant’.

Cela signifie donc que l’hydrogène peut-être potentiellement une source d’énergie renouvelable, ce qui le rend très attractif. Mais pour rester verte, l’électricité utilisée pour effectuer l’électrolyse doit être produite par des énergies sans émissions. C’est ce qui rend cette énergie encore trop chère pour le moment.

Qui exploite l’hydrogène?

Tous les acteurs du secteur des transports marquent un intérêt pour l’hydrogène. C’est une excellente alternative aux batteries actuelles et il peut être généré en cours de route, ce qui est particulièrement intéressant pour les transporteurs longues distances, comme les navires. 

Mais l’hydrogène est également convoité par d’autres secteurs. Par exemple, l’UE a commandé une centrale électrique à hydrogène de 40 gigawatts, qui devrait être opérationnelle d’ici 2030. Cette dernière devrait avoir une capacité deux fois supérieure à celle de la plus grande centrale hydroélectrique du monde. Le montant total des fonds mobilisés pour cette centrale était de 470 milliards d’euros, provenant du marché privé et de fonds publics.

En Allemagne, Angela Merkel a déclaré en septembre que ‘l’hydrogène vert jouerait un rôle central dans la reconstruction de l’industrie en Allemagne, qui doit être exempte d’émissions de carbone d’ici 2050’.

Et dans le secteur privé?

En Europe, Airbus travaille sur divers prototypes d’avions à hydrogène. Chez nos voisins de l’Est, la société énergétique RWE planche actuellement sur une usine d’hydrogène dans le but de fournir de l’énergie au fabricant de métaux Thyssenkrup.

Les producteurs d’énergie ITM et Ceres Power travaillent sur un projet similaire au Royaume-Uni, tout comme le suédois Powercell et le norvégien Nel Asa en Scandinavie.

En Australie, Infinity Blue Energy travaillerait exclusivement sur un projet alimenté à l’hydrogène vert et pourrait bientôt être la première entreprise cotée en bourse dans ce domaine.

Quels sont ses inconvénients?

Il y a trois problèmes majeurs à ce stade: le stockage, le coût et l’infrastructure.

Pour stocker de l’hydrogène, il faut des batteries. Mais pour que cette méthode reste ‘verte’, les batteries doivent également être durables, ce qui est un autre problème.

C’est aussi une question de prix. Actuellement, l’hydrogène coûte environ quatre fois plus cher que l’énergie ‘classique’. Mais selon la plupart des fabricants, ce problème pourrait être résolu si la production était plus importante. 

Seul bémol, pour cela, il faut séduire plus de clients et c’est là que le bât blesse. Toute l’infrastructure pour fabriquer des véhicules à hydrogène, ou pour proposer des foyers alimentés à l’hydrogène, n’est pas encore optimale et cela risque encore de prendre quelques années.

Mais l’UE veut s’en donner les moyens. Lisez ci-dessous la stratégie européenne pour se passer des énergies fossiles.