La pandémie, responsable de nombreux suicides ? Pas du tout, c’est même l’inverse

Dans les pays riches et à moyen revenus, la pandémie n’a pas provoqué le boom de suicides qui était craint. (SOPA Images/SIPA/Isopix)

Au cours des deux premiers trimestres de 2020, il n’y a eu aucune hausse significative des suicides dans 21 pays ayant fait l’objet d’une analyse. Des conclusions obtenues grâce à une étude de la revue scientifique britannique The Lancet. En Belgique aussi, les chiffres sont légèrement à la baisse. Mais certain mettent en garde contre un retour de bâton.

En mai 2020, alors que les lockdowns étaient en place dans le monde depuis quelques mois, l’Association médicale australienne (AMA) lançait un avertissement concernant la santé mentale de ses citoyens. Elle rappelait notamment une étude réalisée en 2003 à Hong Kong: le taux de suicide y avait fortement augmenté pendant l’épidémie de SRAS, un autre coronavirus.

L’AMA craignait que la pandémie de Covid-19 ne provoque une hausse des suicides de l’ordre de 25%. Il y aurait même pu y avoir davantage de victimes de suicides que pour les décès dus au virus, indiquait-elle.

Heureusement, jusqu’à présent, ce n’est pas du tout le cas. En effet, les statistiques des États australiens de Victoria, du Queensland et de la Nouvelle-Galles du Sud montrent qu’il y a eu moins de suicides entre avril et septembre en 2020 que sur la même période en 2019.

La baisse du taux de suicide semble même être une tendance mondiale. Selon une étude de la revue scientifique britannique The Lancet auprès de 21 pays, il n’y a eu nulle part d’augmentation significative des suicides. Cette étude a consisté en une comparaison entre le nombre de suicides qui ont eu lieu au cours des deux premiers trimestres de 2020, ceux qui auraient été attendus en l’absence de pandémie et ceux de la même période l’année dernière. Résultat: il y a eu 10% de suicides de moins que ce qui aurait dû être le cas (selon les calculs) sans coronavirus et 7% de suicides de moins que l’année précédente.

Quid des pays où il y a toujours eu beaucoup de suicides, comme le Japon et… la Belgique ?

Au Japon, le nombre de suicides a grimpé en flèche à la fin de 2020. En octobre, les chiffres ont dépassé le nombre de décès causés par le Covid-19, exactement comme le craignaient les experts australiens. La situation est devenue si dramatique que le pays a été contraint de nommer un « ministre de la solitude ».

Quelques nuances importantes: Le taux de suicide au Japon augmente chaque année depuis 2009. Notons aussi qu’au premier trimestre de 2021, le niveau des suicides est retombé au niveau pré-pandémique.

En Belgique: Dans notre pays aussi, les chiffres semblent diminuer légèrement. Les organisations qui luttent contre le suicide ont vu le nombre de tentatives de suicide stagner et même diminuer pendant les lockdowns, ce qui a été très surprenant. Prudence toutefois: les experts de ces organisations mettent en garde contre un retour de bâton cette année.

Autre nuance importante: Dans les pays en développement, qui, soit dit en passant, n’étaient quasiment pas inclus dans l’étude du Lancet, les taux de suicide ont tendance à augmenter. Au Malawi, pays d’Afrique de l’Est, le nombre de suicides a même augmenté de 52% en 2020 par rapport à 2019. Il n’y a pas eu de confinement ou d’épidémie grave de Covid-19 au Malawi, mais l’économie de ce pays a été durement touchée par la pandémie.

Sur le même sujet: