La pandémie booste la demande en chirurgie esthétique

Isopix

Les interventions cosmétiques ont amorcé une reprise spectaculaire dans le monde entier. De plus en plus de patients profitent de l’avènement du télétravail et du port obligatoire du masque pour dissimuler les traitements de beauté au monde extérieur.

Les cliniques de beauté aux États-Unis, au Japon, en Corée du Sud et en Australie enregistrent une augmentation du nombre de traitements. En Corée du Sud, on constate même une augmentation de 50%. De nombreuses personnes prennent un premier rendez-vous en ligne pour comprendre les détails du traitement. La préférence est donnée aux traitements au botox, aux opérations nasales et aux liftings.

Au Japon, malgré la crise, le nombre de personnes intéressées par la chirurgie esthétique a continué à augmenter inexorablement. À tel point que l’Association japonaise des chirurgiens esthétiques a dû publier une déclaration affirmant ‘que la chirurgie esthétique ne devrait pas être considérée comme essentielle’.

Les mesures de quarantaine donnent à de nombreuses personnes l’occasion de se rétablir chez elles, à leur propre rythme. Et ce n’est qu’à la fin de cette période de convalescence que l’on se présente à nouveau au bureau. Avant la crise du Covid-19, les gens étaient obligés de prendre des jours de congé s’ils ne voulaient pas que leurs collègues constatent immédiatement qu’ils s’étaient, par exemple, faits gonfler les lèvres.

Toutefois, les cliniques de beauté reçoivent moins de patients venus étrangers. Un phénomène auquel les centres remédient en offrant d’importantes ristournes aux patients locaux.