La magie de la diaspora : 9 arguments qui plaident en faveur de l’immigration

Il y a 215 millions d’immigrés de la première génération tout autour du monde. Cela représente 3% de la population du monde, plus de l’équivalent du Brésil. Il y a 60 millions de Chinois hors de Chine, et 22 millions d’Indiens vivant dans d’autres pays que l’Inde. Pourtant, ce n’est pas le meilleur moment pour être étranger dans notre vieille Europe, rappelle The Economist. Les partis qui veulent prohiber l’immigration gagnent irrésistiblement du terrain, comme à chaque fois qu’il y a une crise économique. Mais les partis politiques, en particulier ceux qui sont au pouvoir, devraient prendre en compte les bénéfices innombrables de l’immigration, aussi bien pour les migrants, que pour le pays d’origine ou le pays d’accueil :

1/  Partout, des immigrants forment des petites communautés qui facilitent le commerce entre le pays d’origine et le pays de destination. Ils répandent des informations à propos de leur pays d’accueil, et notamment celles qui permettent d’appréhender sa culture.

2/ Les jeunes des pays émergents qui partent étudier dans les pays occidentaux puis rentrent chez eux y ramènent leurs qualifications et leur carnet d’adresses. Les scientifiques informatiques d’Inde ont des liens avec leurs amis Indiens restés à la Silicon Valley, tandis que l’industrie chinoise est largement dominée par les « tortues de mer » (les Chinois qui ont émigré à un moment donné puis sont retournés en Chine).

3/ Non seulement les migrants envoient de l’argent à leur famille, mais ils aident aussi les sociétés de leur pays d’accueil à prendre pied dans leur pays d’origine. Une étude de l’université d’Harvard a démontré que les entreprises américaines qui emploient  beaucoup de Chinois s’installent beaucoup plus facilement en Chine, même sans recourir à une joint-venture avec une autre entreprise locale.

4/ On pense souvent que les migrants ont tendance à réclamer plus facilement les bénéfices sociaux que les indigènes, mais le plus souvent ce n’est pas vrai, et au Royaume Uni, par exemple, les immigrants réclament moins de prestations sociales que les Britanniques.

5/ De même, ils ont la réputation d’accepter de travailler plus pour des salaires inférieurs et de provoquer une baisse du niveau de salaires pour les emplois les moins payés. Il est difficile de vérifier ce point ; certaines études confirment qu’effectivement, ils auraient un impact à la baisse sur les salaires des emplois les moins qualifiés. Mais selon d’autres études, cet effet est inexistant ou négligeable.

6/ Il est difficile de calculer quelle est la part de croissance économique imputable à l’immigration. Selon une étude de l’université de Duke, les immigrants représentent 1/8ème de la population des Etats Unis, mais ils y ont créé 1/4 des entreprises technologiques et d’ingénierie.

7/ La crainte que les pays pauvrent subissent une fuite des cerveaux est souvent exagérée. Les immigrants diplômés envoient de l’argent chez eux, et lorsqu’ils y retournent, ils créent des entreprises. Une étude a démontré qu’à moins que le pays pauvre en question ne perde plus de 20% de ses diplômés, la fuite des cerveaux enrichit les pays pauvres.

8/ Manmohan Singh, le Premier ministre d’Inde, a étudié à Oxford et Cambridge, et son bras-droit Montek Ahluwalia, qui a étudié à Oxford, ont joué un rôle majeur dans la réforme du pays. De même, 500.000 Chinois sont retournés en Chine après avoir étudié à l’étranger, et ils représenteront 15 à 17% du comité Central du gouvernement chinois, alors qu’ils n’étaient que 6% en 2002. Même s’ils ne réclament pas ouvertement plus de démocratie, ils savent comment elle fonctionne, et les bénéfices qu’elle apporte aux pays qui l’ont adoptée, et ils comprennent que la Chine pourrait elle aussi en tirer parti.

9/ Enfin, la migration permet d’apporter une réponse au problème du vieillissement des population en apportant du sang neuf, et des idées nouvelles. Elle est bénéfique pour les arrivants comme pour le pays d’accueil.

Plus
Lire plus...
Marchés