La livre turque sauvée in extremis du naufrage

Après un mois de pertes historiques, la livre turque s’est fortement redressée mardi sur le marché des changes après les mesures d’urgence annoncées par le chef de l’Etat.

En début de soirée lundi, après une séance chaotique, le président Recep Tayyip Erdogan a pris de court les marchés et son opposition en décidant de lier la valeur de certains dépôts bancaires en livres au cours du dollar. Les économistes et de nombreux Turcs essayaient encore de déchiffrer comment ce nouveau mécanisme d’échange fonctionnera et où le gouvernement obtiendra l’argent pour le payer. 

Mais l’impact sur la livre turque, qui avait perdu 45% par rapport au billet vert de début novembre à lundi en fin d’après-midi, a été considérable. La monnaie, qui avait encore plongé de 10% quand M. Erdogan est apparu à la télévision après la réunion hebdomadaire du gouvernement, s’échangeait quelques heures plus tard en hausse de 20% par rapport au dollar.

Le chef de l’Etat a poussé ces derniers mois à quatre reprises la banque centrale à réduire son taux d’intérêt directeur bien en deçà du niveau d’inflation qui a atteint en novembre 21% sur un an.

Mardi soir, il fallait 13 livres pour acheter un dollar. Mais malgré un net redressement ces dernières heures de près de 40% par rapport à son plus bas historique, le cours de la monnaie turque a perdu 40% par rapport au dollar depuis le début de l’année.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20