La guerre du miel menace entre la Nouvelle-Zélande et l’Australie

Une guerre commerciale surréaliste se profile entre la Nouvelle-Zélande et l’Australie. La bataille est centrée sur les droits du Manuka, le miel de la plante Leptospermum scoparium, connu entre autres pour son effet contre les bactéries nuisibles. La Nouvelle-Zélande a revendiqué les droits sur le miel, mais s’est heurtée à la résistance de l’Australie. Les Australiens font valoir, entre autres, qu’il s’agit d’un nom de plante, qui ne peut être possédé.

Le nom de Manuka se trouve déjà dans d’anciennes légendes maories. Le manuka y est considéré comme un taonga (trésor), dont les Maoris sont considérés comme les kaitiaki (gardiens). Cette légende est devenue une arme dans la lutte de la Nouvelle-Zélande pour protéger sa marque de miel Mānuka.

Principale industrie d’exportation

Ce miel lucratif est produit par des abeilles qui se nourrissent du pollen du théier Leptospermum scoparium, que l’on trouve en Australie et en Nouvelle-Zélande. Les deux pays produisent le miel, qui est également appelé Manuka. Chaque pays a également mis en place une importante industrie d’exportation basée sur la marque.
Dans les magasins de luxe tels que Harrods à Londres, un pot de Manuka se vend entre 1 200 et 3 000 euros. Le produit a également entraîné une nouvelle vague de criminalité en Nouvelle-Zélande. La police reçoit régulièrement des rapports de vols de ruches, d’empoisonnements et de bagarres entre apiculteurs pour l’utilisation des terres. Mais Mānuka provoque également des frictions croissantes entre la Nouvelle-Zélande et l’Australie.

La Manuka Honey Appellation Society of New Zealand a déposé une demande de marque il y a six ans. Elle a été acceptée par l’Office de la propriété intellectuelle du pays trois ans plus tard. Cependant, l’Association australienne du miel de Manuka s’y est opposée. Une audience sur la question était prévue pour la mi-août, mais une nouvelle vague du coronavirus a obligé à reporter la réunion. Une nouvelle date n’a pas encore été fixée.

En Nouvelle-Zélande, le Manuka Charitable Trust – un groupe représentant l’industrie, les tribus et le gouvernement – a maintenant été invité à rejeter l’objection australienne. La fondation a reçu près de 4,5 millions de dollars de financement du gouvernement néo-zélandais. « Nous voulons empêcher que le nom Manuka soit utilisé pour du miel produit en dehors de la Nouvelle-Zélande », a fait valoir Pita Tipene, président du Manuka Charitable Trust.

Protéger la qualité

M. Tipene a comparé la situation à la lutte menée par la France pour empêcher toutes sortes de producteurs de vin d’être autorisés à commercialiser leurs vins mousseux en tant que champagne. « Désormais, seul un produit de la région de Champagne peut porter ce nom », a fait valoir M. Tipene. « Pour nous, c’est encore plus profond. Après tout, le Manuka appartient à l’essence même de la culture maorie. »

« La Nouvelle-Zélande est le seul pays au monde à disposer d’une définition officielle et scientifique du miel de Manuka, réglementée par le gouvernement », a déclaré M. Tipene. « Cette définition exige que tout le miel exporté de Nouvelle-Zélande sous le nom de Manuka réponde aux exigences fixées. Les consommateurs ont ainsi confiance dans l’authenticité du produit. »

Il est à noter que 83 variétés de théiers peuvent être trouvées en Australie. « Tous ces produits sont commercialisés en Australie sous le nom de Manuka », peut-on lire. « Cependant, toutes ces variétés ne répondent pas aux exigences. Ce serait comme vendre toutes les variétés d’agrumes comme une orange. Cela peut permettre de gagner beaucoup d’argent rapidement et facilement, mais à long terme, cette attitude risque d’être préjudiciable à tous. »

L’Australie, en revanche, fait valoir que la Nouvelle-Zélande tente injustement d’acquérir une marque sur le Manuka. « Le terme est utilisé en Australie depuis au moins 100 ans », a soutenu Paul Callander, président de l’Australian Manuka Honey Association (AMHA).

« La marque de fabrique de la Nouvelle-Zélande n’a absolument pas l’intention de protéger les droits des Maoris. Il veut juste contrôler l’industrie. Il est également faux de comparer le Manuka au champagne. Manuka n’est pas un nom géographique mais le nom d’une plante. Cela ne donne donc pas droit à la protection du nom de lieu ».

M. Callander a déclaré qu’il espérait toujours que la Nouvelle-Zélande et l’Australie pourraient parvenir à une coopération, partager le nom de Manuka et établir ensemble des normes industrielles.

Pour aller plus loin :

Importer des produits exotiques sans émettre de CO2, c’est possible

Plus
Lire plus...
Marchés
BEL20