La Grèce veut faire revenir ses riches armateurs avec un programme de cadeaux fiscaux

Les rivages d'une île grecque
Photo by Alex Blăjan on Unsplash

Athènes veut faire revenir les riches armateurs grecs et les pensionnés fortunés qui ont quitté le pays pour le Royaume-Uni, Monaco ou la Suisse pendant la crise financière, en leur offrant un cadeau : des incitations fiscales. Elles seront accordées à toute personne fortunée acceptant de résider en Grèce pendant au moins six mois par an.

Ce plan est calqué sur le programme « non-dom » du Royaume-Uni, qui offre une exemption d’impôts sur les revenus et les plus-values obtenus à l’étranger à des personnes qui vivent dans le pays, mais élisent leur domicile principal dans un autre pays. Les bénéficiaires grecs ne seront pas soumis à l’impôt grec, sauf s’ils rapatrient leur argent en Grèce.

Un impôt forfaitaire de 100 000 euros

Au lieu de cela, ils devront payer un impôt forfaitaire de 100 000 euros par an sur leurs revenus mondiaux pendant une période de 15 ans, si le projet de loi encadrant ce programme est adopté par le Parlement grec ce vendredi.

“L’un des intérêts d’un tel programme (…) c’est que l’on n’a pas les coûts administratifs associés à la gestion des trusts et au paiement des impôts dans un certain nombre de juridictions”, explique Yiangos Charalambous, un conseiller fiscal.

Les bénéficiaires devront investir 500 000 euros dans des actions, des obligations ou des biens immobiliers dans les trois ans suivant leur installation dans le pays. Ils seront exonérés de droits de succession sur leurs avoirs à l’étranger et protégés contre toute modification législative.

Un programme inspiré par l’Italie

L’initiative du gouvernement du Premier ministre Kyriakos Mitsotakis vise à stimuler la reprise économique grecque. La Grèce propose déjà un programme de « visas dorés », visant à attirer des étrangers prêts à investir 250 000 euros dans l’immobilier du pays. Près de 5 000 visas de ce type ont déjà été accordés, essentiellement en faveur de Chinois et de Russes. Mais les retombées économiques ont été décevantes. 

Selon un conseiller du gouvernement, le nouveau programme aurait été inspiré par celui de l’Italie, lancé en 2017, et qui a remporté un franc succès. A tel point, qu’il a été étendu cette année aux retraités étrangers installés dans des localités de moins de 20 000 habitants.