La Chine déclare la victoire sur les cryptomonnaies, les innovateurs s’en vont

La banque centrale chinoise a déclaré début septembre que la réglementation de « l’utilisation frauduleuse des actifs numériques » était terminée. Les entreprises de blockchain restantes en Chine espèrent qu’elles pourront à nouveau respirer après les nombreux chocs réglementaires. Cependant, la plupart d’entre elles ont quitté le pays depuis longtemps.

Après un été mouvementé marqué par plusieurs mesures de répression des autorités chinoises dans le secteur de la blockchain, Pékin a désormais déclaré victoire. Le commerce illégal de cryptomonnaies « frauduleuses » aurait été mis en échec. C’est ce qui ressort d’un volumineux rapport financier publié par la Banque populaire de Chine le 3 septembre.

Une section de ce rapport, intitulée « grandes réalisations dans la lutte pour désamorcer les risques financiers majeurs », explique comment le gouvernement a procédé. Le travail des régulateurs chinois autour des actifs numériques, de l’assurance sur Internet, du commerce des cryptomonnaies et du travail sur les bourses numériques étrangères serait terminé.

La réalisation la plus importante est sans conteste l’interdiction de l’exploitation minière des cryptomonnaies, qui a été introduite dans plusieurs provinces chinoises à partir du mois de mai.

Les mineurs de cryptomonnaies et les bourses d’échange en profitent

Bien que tout cela semble particulièrement inquiétant pour le secteur technologique émergent, les entreprises chinoises de blockchain restantes pensent qu’elles auront désormais une certaine forme de paix. En effet, la fin de la répression des actifs numériques signifie qu’elles peuvent à nouveau poursuivre leurs activités, cette fois avec des règles juridiques claires.

Les mineurs de cryptomonnaies et les échanges d’actifs numériques, tels que le bitcoin et l’ethereum, ont pris de plein fouet les chocs réglementaires. Les entreprises émergentes telles que ByBit et Amber, quant à elles, ont dû fermer leurs services dans l’ensemble du pays. Cependant, les principaux acteurs, tels que les bourses de cryptomonnaies Binance et FTX, maintiennent toujours leur support pour les utilisateurs chinois.

Exode de la Chine

Il reste très peu de choses de la communauté blockchain autrefois dynamique en Chine. Plusieurs sociétés chinoises d’exploitation minière de cryptomonnaies ont quitté le pays pour se diriger vers de meilleurs cieux.

Le Texas est devenu une destination particulièrement attrayante pour l’extraction de pièces numériques. Le gouverneur du Texas, Greg Abbot, a un jour déclaré sur Twitter qu’il souhaitait transformer son État en un leader mondial de la cryptomonnaie.

Bitmain, la plus grande société de minage de cryptomonnaies au monde, possède elle aussi une succursale à Rockdale, au Texas. Le village de 6.000 habitants est infiniment plus petit que son précédent port d’attache, Pékin (21 millions d’habitants).

D’autres États américains pourraient également attirer les mineurs chinois. Par exemple, Bitmain a annoncé cette semaine qu’il allait déployer des ordinateurs de minage d’une valeur de 62 millions de dollars en Géorgie. On y déterrera 10 millions de dollars de cryptomonnaies chaque mois.

Ce qu’il faudra aussi suivre de près : En Asie, l’épicentre du secteur de la blockchain semble se déplacer. La ville chinoise de Hong Kong était autrefois le pont idéal entre les entreprises occidentales et le marché chinois. Mais les régulateurs locaux ont presque anéanti ce statut. Et c’est Singapour qui commence lentement à reprendre ce rôle. En tout cas, de plus en plus d’acteurs importants sont en train de s’y installer.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés