La bataille pour le ‘16’ est lancée: Georges-Louis Bouchez (MR) tacle déjà Paul Magnette (PS)

Georges-Louis Bouchez (MR) - Paul Magnette (PS)
Georges-Louis Bouchez (MR), Paul Magnette (PS) – Isopix

‘Selon moi, il y a 70% de chances que Sophie Wilmès (MR) reste Première Ministre. Elle a des arguments pour être Première ministre’, a déclaré le président des libéraux francophones, Georges-Louis Bouchez, dans ‘C’est pas tous les jours dimanche’ sur RTL-TVI.

Près d’un an et demi après les élections de mai 2019, on apprenait vendredi que de réelles négociations gouvernementales allaient (enfin) pouvoir commencer entre les sept partis d’une possible future coalition Vivaldi: socialistes, libéraux, verts et CD&V. Si les sujets qui fâchent ne manqueront assurément pas, la question de savoir qui occupera le poste de Premier ministre promet de faire l’objet de nombreuses convoitises. Et les manœuvres ont déjà commencé.

Consensus?

Il y a trois jours, sur le plateau de ‘Jeudi en prime’ de la RTBF, le président du PS Paul Magnette avait annoncé qu’il pourrait éventuellement accepter la fonction de Premier ministre. ‘S’il y a consensus pour que le PS obtienne le poste de Premier ministre, je prendrai mes responsabilités, je ne refuserai pas.’

Mais pareil consensus ne devrait vraisemblablement pas recueillir les faveurs du président du MR, Georges-Louis Bouchez. ‘Il faut avoir une vue d’ensemble sur le casting. Il faut respecter tous les équilibres’, a-t-il défendu ce dimanche sur RTL. ‘On est ici dans un gouvernement avec qui penche vers la gauche. Si en plus on a un chef d’équipe qui est de gauche… Il faut quand même à un moment donné des garanties aux libéraux pour pouvoir faire entendre leur politique.’

‘Ça fait moins de 10 mois qu’il est président du PS’

Avant que le chef de file des libéraux n’envoie un tacle bien senti à son homologue socialiste sur la question du futur Premier ministre…

‘En 2018, Paul Magnette avait dit qu’il resterait à Charleroi. En 2019, il est tête de liste aux élections européennes pour ne pas siéger au Parlement européen. Et là, ça fait moins de 10 mois qu’il est président du PS’, a passé en revue Georges-Louis Bouchez. ‘Je n’ai pas à juger évidemment, mais je ne m’attendais pas à ce qu’il souhaite quitter ce poste aussi rapidement.’

Ce que veut la population…

Sans surprise, le président du MR estime que le poste devrait revenir à l’actuelle Première ministre, la libérale Sophie Wilmès. ‘Selon moi, il y a 70% de chances que Sophie Wilmès reste Première Ministre. Elle a des arguments pour être Première ministre’, a-t-il avancé.

Opportuniste, le président des bleus a même affirmé que ‘dans n’importe quel pays du monde le fait de reconduire Wilmès ne serait même pas une question.’ Avant d’ajouter: ‘Quand on voit les sondages d’opinions, elle est largement en tête du côté francophone. Ce serait bien que de temps en temps on suive ce que veut la population.’

Le nom du futur Premier ministre connu d’ici vendredi

Au nord du pays, le président du SP.A, Conner Rousseau, a confirmé dans l’émission ‘De Zevende Dag’ que les discussions autour de la nomination du formateur – et par conséquent futur Premier ministre – occuperaient les négociateurs des différents partenaires de coalition durant les prochains jours.

‘Bien sûr que nous allons discuter du Premier Ministre cette semaine. Nous serons reçus vendredi chez le Roi. Un formateur sera désigné. Vendredi nous dirons qui soutiendra le projet et surtout quel projet nous soutiendrons’, a fait savoir le jeune président socialiste, ajoutant ‘qu’il n’y a pas de retour possible’.

Lire aussi: