Le patron de Klarna se félicite d’avoir licencié des centaines d’employés au printemps: « On a été en avance »

Alors que de nombreuses entreprises de la tech sont occupées à licencier en masse, Klarna fait partie des exceptions. Et pour cause, l’entreprise suédoise avait réduit ses effectifs plus tôt dans l’année. Son patron n’est pas peu fier d’avoir « dribblé » la concurrence.

Pourquoi est-ce important ?

Depuis plusieurs semaines, les entreprises actives dans le secteur des technologies annoncent des licenciements massifs. Meta, Amazon, HP et Twitter ont toutes renvoyé des milliers d'employés - ou vont le faire. Elles ont du mal à digérer l'après-Covid, période durant laquelle elles ont eu les yeux plus gros que le ventre.

Dans l’actu : le patron de Klarna se félicite d’avoir vu clair avant tout le monde.

  • Dans une interview accordée à CNBC, Sebastian Siemiatkowski a expliqué que ce « coup d »avance » allait permettre à Klarna de revenir à la rentabilité d’ici l’été prochain.
  • Selon lui, le fait d’avoir licencié des centaines d’employés plus tôt que tout le monde a également été bénéfique pour eux : ils n’ont pas été débarqués sur un marché de l’emploi en pleine crise, comme c’est le cas aujourd’hui.

Rappel des faits : 10% des employés virés en mai.

  • Au mois de mai dernier, l’entreprise avait annoncé se séparer de 10% de ses 7000 travailleurs à travers le monde.
  • Axée autour de l’affacturage en ligne, Klarna avait été en grande forme durant la pandémie. L’entreprise avait engagé des centaines d’employés en 2020 et 2021.
  • Les premiers mois de 2022 avaient sonné comme une gueule de bois pour Klarna, avec une perte plus de 580 millions de dollars lors du premier semestre. En outre, elle avait vu sa capitalisation boursière fondre de 85% en un an : « une guerre tragique et inutile, un changement dans l’opinion des consommateurs, une forte hausse de l’inflation, un marché boursier très volatil et une probable récession”, avait regretté Siemiatkowski à l’époque.

« Une chance pour Klarna et ses employés »

Le détail : bénéfique tant aux employés licenciés qu’à l’entreprise, selon Siematkwoski.

  • Au micro de CNBC, le patron de Klarna que procéder aux licenciements en mai avait été une « chance » pour l’entreprise, mais aussi et pour les employés concernés.
  • “Nous allons revenir à la rentabilité d’ici l’été de l’année prochaine. Nous devrions revenir à la rentabilité sur une base mensuelle, pas nécessairement sur une base annuelle », a-t-il annoncé.
  • Quant aux employés, ils devraient s’estimer heureux d’avoir perdu leur emploi à un moment où les autres entreprises technologiques n’étaient pas encore occupées à réduire leurs effecitfs.
    • “Dans une certaine mesure, nous avons tous eu de la chance d’avoir pris cette décision en mai car, comme nous avons suivi les personnes qui ont quitté Klarna, pratiquement tout le monde a retrouvé un emploi”, a déclaré Siemiatkowski. “Si nous l’avions fait aujourd’hui, cela n’aurait probablement malheureusement pas été le cas.”
  • “Je pense que dans une certaine mesure, en fait, Klarna était en avance sur la courbe”, s’est également félicité le CEO. “Si vous regardez maintenant, il y a eu des tonnes de personnes qui ont pris des décisions similaires. Je pense que c’est un bon signe que nous avons fait face à la réalité, que nous avons reconnu ce qui se passait et que nous avons pris ces décisions. »

L’envers du décor : des employés pas si chanceux que ça.

  • CNBC rappelle que ces licenciements printaniers n’ont pas été prononcés de la manière la plus délicate qui soit.
  • A l’époque, les travailleurs concernés avaient reçu la nouvelle via un message vidéo préenregistré par Siemiatkowski.
  • En outre, ils avaient déploré le fait que ces licenciements étaient « brusques, inattendus et communiqués de manière désordonnée ».
  • Cerise sur le gâteau – si l’on peut dire -, le patron de Klarna avait publié une liste des noms des employés licenciés publiquement sur les réseaux sociaux.
Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20