Pour la nouvelle année, Kim Jong-un réorganise ses pions

Le dictateur nord-coréen Kim Jong-un a remplacé le vice-président du Comité militaire central du pays à partir du 1er janvier. Le vice-président est le deuxième grade militaire le plus élevé du pays ; seul le président Kim Jong-un se trouve au-dessus de lui.

Pourquoi est-ce important ?

Il est assez surprenant de constater à quel point les Occidentaux connaissent mal la Corée du Nord et son armée, alors que cette minuscule nation asiatique est une puissance nucléaire, dirigée par un dictateur qui ne recule pas devant une rhétorique guerrière. Les quelques informations qui sont connues sur les affaires militaires du pays sont souvent diffusées par sa propre agence de presse d'État.

Dans l’actualité : départ de Pak Jong-chon, entrée en scène de Ri Yong-gil. Un nouveau bras droit militaire pour Kim Jong-un.

  • Ce remplacement a été annoncé par le dictateur nord-coréen la semaine dernière lors du congrès annuel du Comité militaire central, l’organe d’État du Parti des travailleurs coréens chargé de superviser la coordination des forces armées.
  • Lors du congrès, Kim a annoncé le remplacement de Pak Jong-chon, un général qui a provoqué des remous dans l’armée et les rangs politiques nord-coréens ces dernières années, par le vice-président du comité. Il est remplacé par Ri Yong-Gil, qui était ministre de la Défense du pays l’année dernière. C’est ce qu’a rapporté la Korean Central News Agency (KCNA), l’agence de presse officielle de Corée du Nord.
  • Des images diffusées par la télévision d’État montrent Pak Jong-chon durant la réunion, pendant que les autres personnes présentes votent sur des questions périphériques. Pak a quitté la salle peu de temps après ; son siège est resté vide. Aucune trace du général non plus le jour du Nouvel An : Kim Jong-un s’est rendu au palais Kumsusan, où sont entreposées les dépouilles de son père (Kim Jong-il) et de son grand-père (Kim Il-sung). Lors d’une visite en octobre pour marquer l’anniversaire du Parti des travailleurs, Kim était accompagné de Pak Jong-chon ; sur les photos diffusées par KCNA, on ne le voit pas.

Qui est Pak Jong-chon ? L’étoile montante de l’armée nord-coréenne semble avoir été une étoile filante.

  • Pak Jong-chon est peut-être l’un des généraux les plus influents de Corée du Nord, mais on sait très peu de choses sur lui. Son âge, toute autre information personnelle, est tout simplement introuvable.
  • En 2014, Pak aurait été nommé chef d’état-major adjoint de l’armée nord-coréenne. L’année suivante, il est rétrogradé au rang de général de division et licencié en tant que chef d’état-major adjoint, en 2016 il redevient général de corps d’armée, tout en étant élu membre du Comité central du Parti des travailleurs et directeur général de l’état-major de l’armée.
  • Par la suite, les choses ont évolué rapidement pour Pak : il a reçu promotion sur promotion et a été autorisé à remplacer Ri Yong-gil comme chef d’état-major de l’armée nord-coréenne en 2019. Cerise sur le gâteau, il a été promu maréchal en 2020, le grade le plus élevé de l’armée. Une période de grâce de courte durée, car après un « incident grave », Pak est rétrogradé à nouveau moins d’un an plus tard, puis promu encore une fois.

Sous-entendu : Le ping-pong de la promotion est typique de la manière dont Kim Jong-un dirige son pays. Le remplacement de son chef des armées fait partie des coutumes annuelles du congrès du Comité militaire.

  • Pak Jong-chon n’est certainement pas le seul général qui se voit attribuer un rang et un poste différents presque chaque année. Pyongyang, et en particulier le leader suprême Kim Jong-un, n’hésite pas à sévir contre les « problèmes » ou les « incidents ». La pandémie de COVID l’a prouvé une fois de plus : presque tous les généraux du pays ont été soudainement rétrogradés après que Kim les ait accusés de ne pas avoir géré la pandémie correctement.
  • La plupart de ces généraux ont depuis été promus à nouveau, et probablement rétrogradés à plusieurs reprises. Aucune raison réelle n’est généralement donnée ; cette fois encore, Pak n’a reçu aucune explication sur la raison pour laquelle il devait rendre sa place, du moins pas en public.
  • Selon Oh Gyeong-sup, membre du groupe de réflexion sud-coréen Korea Institute for National Reunification, la récente escalade avec la Corée du Sud pourrait avoir joué un rôle. La semaine dernière, plusieurs drones nord-coréens ont pénétré dans l’espace aérien du voisin du sud, qui a alors envoyé des avions de chasse et des hélicoptères pour chasser les appareils. Plusieurs coups de feu ont été tirés, et la Corée du Sud elle-même a envoyé des drones au-dessus du territoire nord-coréen pour prendre des photos d’installations militaires.
  • Ces drones n’ont, chose étrange mais vraie, pas été interceptés : cela peut indiquer que les systèmes radars nord-coréens ne fonctionnent pas correctement, ou qu’ils n’ont tout simplement pas la capacité de répondre de manière appropriée à un drone ou un avion intrusif. « Peut-être que Pak a pris la responsabilité de l’échec des opérations de sécurité », envisage Oh à l’agence de presse Reuters.

MB

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20