L’Inde deviendra-t-elle bientôt une superpuissance spatiale ? Les entreprises spatiales privées y poussent comme des champignons

Bien que l’Inde soit active dans le domaine spatial depuis les années 1960, ce n’est que ces dernières années que la branche privée de l’industrie a commencé à se développer fortement.

Pourquoi est-ce important ?

Alors qu'au XXe siècle, la bataille pour l'espace était surtout le fait des Etats, les grands acteurs d'aujourd'hui semblent être de plus en plus des entreprises privées. Les pays qui souhaitent participer à la nouvelle course à l'espace devront donc faire de plus en plus d'efforts pour encourager de telles entreprises.

L’essentiel : le 18 novembre, la société indienne Skyroot a envoyé pour la première fois une fusée dans l’espace.

  • Huit jours plus tard, des satellites fabriqués par des entreprises indiennes ont été mis en orbite. C’était aussi une première.
  • Plusieurs autres lancements privés sont prévus dans les mois à venir.
  • Lundi, la première rampe de lancement privée de l’Inde a également été inaugurée. Elle sera exploitée par la société Agnikul.

Le contexte : l’Inde a depuis longtemps un programme spatial, mais ce n’est que depuis 2020 que l’industrie privée a percé.

  • Cette année-là, le gouvernement a décidé de soutenir les entreprises spatiales privées. Avant 2020, elles ne pouvaient servir que de fournisseurs de l’Indian Space Research Organisation (ISRO), l’agence spatiale du pays.
  • Depuis le changement de politique, l’ISRO a commencé à prêter des technologies, des installations et même des employés expérimentés à des entreprises privées. Une nouvelle agence a même été créée pour gérer la transition.
  • Depuis, c’est l’explosion. The Economist a collecté des données sur les start-ups spatiales indiennes. Jusqu’à présent, 68 entreprises ont posé leur candidature pour produire des charges utiles telles que des satellites. 30 autres veulent construire des fusées et des composants. 57 entreprises veulent construire des stations terrestres ou offrir d’autres services.

L’objectif : le pays espère que cette mesure incitative permettra aux entreprises indiennes de concurrencer bientôt les grands acteurs comme SpaceX.

  • Skyroot estime qu’en utilisant de nouveaux procédés de fabrication, elle pourra bientôt effectuer des lancements au même prix que SpaceX.
  • Agnikul espère innover d’une manière différente. La société veut abandonner les sites de lancement conventionnels. À sa place, des plateformes mobiles moins coûteuses devraient être popularisées.
  • Les entreprises semblent déjà avoir convaincu les investisseurs, y compris à l’étranger. En novembre, par exemple, le fonds souverain de Singapour a investi 50 millions de dollars dans Skyroot. Agnikul a pu récolter 20 millions. Ce n’est plus qu’une question de temps avant que d’autres entreprises indiennes ne poussent comme des champignons.

(CP)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20